Partager cet article

Fatigués du «bore-out» et des bullshit jobs, ils sont devenus profs

Une institutrice dans une école à Brie-Comte-Robert, le 21 mai 2012 |
FRED DUFOUR / AFP

Une institutrice dans une école à Brie-Comte-Robert, le 21 mai 2012 | FRED DUFOUR / AFP

Dans une société en proie au chômage de masse, le choix de devenir enseignant après un autre métier devient de plus en plus fréquent.

25% des nouveaux professeurs des écoles exerçaient une autre profession avant. Un quart, c’est énorme non? Ce sont les données du tout nouveau rapport du Conseil national de l’évaluation du système scolaire (CNESCO)[1], publié lundi 7 novembre. Les très officielles statistiques du ministère de l’éducation nationale donnent le chiffre de 16% pour le secondaire. Voilà des gens qui ont fait autre chose avant et qui se sont dit qu’ils avaient envie de passer leur journée devant trente gamins. Ils étaient, explique le rapport, salariés de la fonction publique, du privé ou chômeurs.

Une galère, vraiment?

Allez comprendre, cette proportion est en nette hausse. Les salariés du secteur privé ou public représentaient 14,9% des admis au concours de professeur des écoles en 2015, contre 8,4% en 2005. 

Ce boulot si souvent décrit comme difficile (il l’est), mal payé (il l'est, surtout si on compare aux autres pays européens) et mal considéré serait donc attractif! L’enquête du CNESSO relativise le cliché sur la mauvaise image du métier. En effet, les étudiants du panel étudié ne perçoivent pas le métier comme «socialement dévalorisant»; la majorité pense qu’il s’agit d’une profession attractive même si elle ne semble pas «prestigieuse».

 

Mais cette étude ne pousse pas la réflexion plus loin sur les raisons d'une attractivité qui dépasse les murs des universités et autres écoles du professorat. Car malgré les vicissitudes du recrutement et de vraies disparités selon les matières (on ne manque pas de professeurs dans toutes les disciplines mais en mathématiques, en anglais et en français) ou les académies (les académies d’Amiens, Versailles et Créteil souffrent davantage) le nombre de «vieux» candidats augmente. Un phénomène auxquels les chercheurs commencent à s’intéresser. Pierre Périer, professeur en sciences de l’éducation, coordonnateur du rapport du Cnesco, en témoigne:

«C’est un sujet que je compte étudier prochainement. Moi aussi cela m’a interpellé car je connais des gens dans ce cas et j’en croise de plus en plus»

En fait, il est vraiment vraiment facile d’en croiser.

Les journalistes veulent-ils tous devenir prof?

Telle copine, ancienne journaliste reporter d’images dont je finis par avoir des nouvelles par un collègue: «c’est l’instit de mon fils!», tel professeur de tennis qui devient professeur des écoles ou cette professeure d'Histoire-Géographie, Marie, qui m’invite dans sa classe l’année dernière: «j’étais journaliste avant»… Et quand mon cher et tendre a des envies de vie à la campagne : «tu pourrais passer le concours de professeur des écoles». Professeur c’est le métier qu’on peut toujours envisager si on a fait des études supérieures… d’autant qu’on le connaît ce métier, ou on croit le connaître, puisqu’on a fréquenté l’école et le collège.

J’ai interrogé Agathe[2], trentenaire, ancienne salariée d’une grande entreprise devenue professeur des écoles. Son salaire a été divisé par quatre. Par quatre oui… Et pas forcément pour travailler peu, mais pour gagner de la souplesse dans l’organisation du temps et le sentiment de s’employer à faire quelque chose qui a du sens. Échapper à la bêtise managériale, aux horaires à rallonge dues au présentéisme qui est trop souvent la norme dans les bureaux, au burn-out comme au «bore-out» –ce syndrome de l'ennui au travail–, pouvoir envisager de dîner avec ses enfants à une heure décente plusieurs fois par semaine. C’est aussi quand la qualité de vie en entreprise se dégrade que l’enseignement paraît séduisant. Enfin, et surtout, parce que le métier a du sens comme me l’expliquait Marie d'une simple phrase: «je me sens plus utile socialement»

Échapper à la bêtise managériale, aux horaires à rallonge dues au présentéisme

 

Maxime, tout jeune professeur de français, ancien chargé de mission au service communication d'une grande ville, confirme que c'est bien l'utilité de ce métier et plus précisément son utilité aujourd'hui qui a pesé de tout son poids dans son choix de changer de carrière:

«Ça faisait bien longtemps que je ne me plaisais plus dans mon métier. Je m’en suis accommodé des années et, après les attentats de Charlie, je me suis regardé dans la glace, j’ai réfléchi à ma vie et je me suis demandé ce que je pouvais faire.

La réponse m’est apparue clairement: devenir prof. J’avais fait une prépa littéraire et enseigner le français aurait pu sembler une continuité naturelle mais je n’avais pas eu envie d’enseigner jeune, ça me paraissait me faire évoluer dans cercle fermé et uniquement scolaire: élève, puis étudiant, puis prof c’est à dire une vie à l’école… C’est une fois passée mon expérience professionnelle, avec ses hauts et ses bas (comme reprendre quatre fois les mêmes communiqués), que j’ai eu envie de m’engager autrement dans la société.»

Instruire, être un passeur de savoir et éduquer, cela reste une occupation dont on peut être certain qu’elle est utile. Et, même si c’est dur, même si tout n’est pas rose dans les classes ni dans les salles des profs, c’est aussi un métier dans lequel on est autonome: l’enseignant est libre dans sa pédagogie et il est inspecté en moyenne tous les sept ans. Et dans lequel on a le droit de revendiquer, lutter, sans craindre pour sa place. 

La porte est ouverte

Enfin et surtout, professeur est un métier vers lequel on peut s’orienter aisément puisque la porte de l'éducation nationale est grande ouverte. En effet, notre école peine à recruter. Dans une société de chômage de masse et d'intellos précaires, enseigner offre la possibilité d’un métier stable et donc d'un salaire qui ne fluctue pas en fonction des projets qui aboutissent ou non. Il est même possible de tester son appétence en devenant contractuel, ce que j’avais fait en 2015 et c’est vraiment très facile comme le montrait plus récemment un reportage d'«Envoyé spécial» diffusé sur France 2. Du moins jusqu’au moment d'entrer dans la salle de classe.

J’avais personnellement fait beaucoup plus d’efforts que le reporter d'«Envoyé Spécial» pour me mettre au niveau. L’expérience n’a duré qu’un trimestre mais il ne se passe pas une semaine sans que j’en reparle à quelqu'un et surtout sans que je repense aux élèves que j’ai eu la chance de rencontrer. C’est, et de loin, l’expérience professionnelle la plus intense qu’il m’ait été donnée de vivre. 

1 — L’enquête du Cnesco « a été menée auprès de 1 103 étudiants de troisième année de licence (en début d’année). Ces derniers sont issus de cinq filières d’études différentes : l’Anglais, l’Histoire, les Mathématiques, les Sciences de l’Éducation et les Sciences de la Vie et de la Terre (SVT). L’enquête a été organisée en septembre 2015 sur six sites (universités Montpellier 1 et 2, universités Rennes 1 et 2, université Paris Ouest et université Paris-Sud) »a première note Retourner à l'article

2 — Le prénom a été modifié Retourner à l'article

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte