Partager cet article

«Je déplore de scruter froidement toute personne que je rencontre sans me laisser charmer»

Take the Fair Face of Woman | par Sophie Gengembre Anderson via Wikimedia CC License by

Take the Fair Face of Woman | par Sophie Gengembre Anderson via Wikimedia CC License by

Cette semaine, Lucile conseille Adélaïde, une jeune femme célibataire et épanouie qui a perdu l'étincelle.

C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.
Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

Les articles sur les trentenaires célibataires parlent toujours de comment bien vivre seul ou accepter son célibat. Mon problème n'est pas celui-là. Je me sens très bien seule, au point d'avoir perdu l'espoir d'être un jour heureuse en couple. Comment regagner l'enthousiasme de se laisser conquérir par quelqu'un?

J'ai 31 ans et, il y a trois ans, je suis sortie d'une relation de sept ans. L'amour avait disparu depuis longtemps et quand nous l'avons finalement accepté, mon compagnon et moi avons mis fin à la relation d’un commun accord.

J'ai beaucoup avancé personnellement depuis cette rupture. J'ai consacré mon énergie et mon temps à la recherche d'un nouvel emploi et j'ai maintenant la carrière que je souhaitais. J'ai repris le sport et me sens mieux dans mon corps, je fais des sorties culturelles avec mes amis.

Je me sens épanouie, je sais plus ce que je veux mais j'ai l'impression d'avoir perdu une certaine légèreté et la faculté de me laisser charmer par quelqu'un. Je suis sortie avec de beaux garçons torturés que je trouvais passionnants mais ce n'était pas viable à long terme et j'ai appris à ne plus m'attarder dans ce type de relations.

J'ai vite l'impression que je ne serai pas plus heureuse en couple que je ne le suis seule alors je coupe court

J'ai fréquenté un homme non libre avec qui je me suis sentie en alchimie mais il n'était pas prêt à assumer notre relation et j'y ai mis fin. Je rencontre des garçons qui me plaisent ou s'intéressent à moi mais souvent, en faisant connaissance, je me rends compte soit que nous n'avons pas de vrais atomes crochus, soit qu'il n'y a pas de petite étincelle et je préfère ne rien commencer.

En fait, j'ai décidé de ne plus me lancer corps et âme dans des relations qu'au fond, je savais vouées à l'échec, mais je déplore de scruter froidement toute personne que je rencontre sans me laisser charmer.

J'ai vite l'impression que je ne serai pas plus heureuse en couple que je ne le suis seule alors je coupe court, et en même temps, penser que l'on perd son temps si une relation n'est pas jugée viable, n'est-ce pas accorder trop d'importance au couple justement?

Je me sens pleine de contradictions.

Quel est votre avis?

Adelaïde

Chère Adelaïde,

Vous vous sentez pleine de contradictions et moi je vous sens forte et fière, sûre, au contraire, de ce que vous ne voulez pas (ce qui est un bon début). La légèreté que vous dites avoir perdu et que vous semblez regretter a des airs d’inconscience. Il y a une différence entre juger que quelqu’un ne fait pas l’affaire et avoir définitivement perdu l’espoir qu’une histoire tourne bien. D’ailleurs, vous continuez de rencontrer des gens, preuve que vous n’avez pas tout à fait baissé les bras.

J’ai deux conseils pour vous: le premier est de ne pas juger trop vite de la viabilité ou pas d’une relation parce que vous risquez de passer à côté d’éléments qui pourraient faire pencher la balance du côté opposé à celui que vous aviez supposé au départ. L’autre, c’est de ne pas juger de ça toute seule. Si quelque chose coince et vous gêne assez pour que vous ne vous attardiez pas sur la personne, celle-ci mérite que vous vous en ouvriez à elle. Cet homme avec qui vous vous êtes sentie en alchimie, lui avez vous donné l’opportunité de se rendre disponible pour vous?

Vous n’êtes pas une victime de ce que la société nous impose

Sinon, je ne vois pas le mal qu’il y a à ne pas s’acharner à revoir des hommes avec qui vous n’avez aucun atome crochu. Ce n’est pas quelque chose qui se crée avec le temps. Et personne ne devrait se mettre en couple faute de mieux, juste par peur de souffrir de la solitude. Vous avez l’expérience d’une relation sans amour, est-ce donc ce que vous voulez pour vous?

Vous n’êtes pas si pleine de contradictions que vous le dites. Vous voulez être amoureuse mais vous n’êtes pas prête à vous brader pour ça. Ça me semble être l’attitude la plus saine possible. Et je suis convaincue que c’est une affaire de rencontre, que vous n’êtes pas incapable de vous laisser charmer (puisque vous l’avez fait il y a peu) mais que vous avez juste appris à ne plus vous lancer à corps perdu dans des histoires sans lendemains. Ne regrettez pas votre expérience et votre maturité. Continuez à faire des rencontres. C’est aussi à l’autre de s’imposer dans votre vie et pas seulement à vous de vous enflammer au moindre contact. Vous ne laissez la place qu’à celui qui en vaudra la peine, vous n’êtes pas une victime de ce que la société nous impose. Soyez fière de votre indépendance.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte