Monde

Le Maine, le plus petit, serré et francophone de tous les swing states

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 07.11.2016 à 21 h 26

Donald Trump espère faire basculer dans cet État du nord-est, une région très démocrate, un seul grand électeur qui pourrait faire toute la différence.

Des partisans de Donald Trump attendent pour pouvoir rentrer à un de ses meetings à Bangor (Maine), le 15 octobre 2016. SARAH RICE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Des partisans de Donald Trump attendent pour pouvoir rentrer à un de ses meetings à Bangor (Maine), le 15 octobre 2016. SARAH RICE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP.

Dans leurs rêves, depuis quelques jours, les partisans de Donald Trump voient l'Amérique, au matin du 9 novembre, comme ceci.


Ces hachures bleues et rouges au nord-est, dans le Maine, reflètent une petite spécificité du système électoral américain. 48 des 50 États, ainsi que la capitale fédérale Washington D.C., attribuent leurs grands électeurs selon le principe du winner-takes-all: le candidat arrivé en tête les remporte tous. Le Nebraska et le Maine, eux, se distinguent: le candidat arrivé en tête dans l'ensemble de l'État remporte deux grands électeurs, et celui qui arrive premier dans chacune des circonscriptions de la Chambre des représentants en obtient un, ce qui veut dire que les deux candidats à la présidentielle peuvent se «partager» l'État.

Le Maine a été le premier à décider de cette innovation, au début des années 1970. Le Nebraska a suivi dans les années 1990. En 2008, ainsi, John McCain avait remporté quatre des cinq grands électeurs du Nebraska mais Barack Obama avait créé la surprise en remportant le district d'Omaha. Le Maine, lui, n'a jamais partagé ses grands électeurs mais n'a jamais été aussi près de le faire. Si Clinton est annoncée en tête dans l'État par les sondages, les deux candidats sont donnés dans un mouchoir dans le deuxième district, frontalier du Québec. Ce fameux grand électeur qui pourrait faire basculer une élection serrée, et se jouerait à quelques milliers de voix: en 2000, il en avait par exemple manqué 5.700 à Bush pour chiper ainsi un grand électeur à Gore.

Un terrain de conquête idéal pour Trump

Les deux candidats ont donc concentré leurs forces sur ce deuxième district du Maine, beaucoup plus rural (et donc plus étalé) que l'autre. Du côté des Démocrates, où la campagne a intégré nombre de partisans de Bernie Sanders, puissant dans l'État, on reconnaît que 90% des forces de la campagne dans l'État y ont été mobilisées. Du côté des Républicains, Trump lui-même s'y est rendu à deux reprises en octobre.

Il faut dire que le nord de l'État fait figure de terrain de conquête idéal pour le candidat républicain. Pratiquement pas de minorités: la population y est à 96% blanche. Des habitants moins diplômés que la moyenne: moins d'un quart de diplômés du supérieur. Plus âgés: 62% y ont plus de 45 ans, sept points de plus que la moyenne nationale. Et, surtout, une population qui a connu d'important revers économiques ces dernières années, avec la fermeture de cinq usines de papier en deux ans. On dit d'ailleurs que le Maine est coupé en deux par la «ligne Volvo», une frontière qu'on reconnaît aux voitures des habitants...

Originellement partie de la Nouvelle-France, le Maine est aussi, avec la Louisiane, une des zones les plus francophones des États-Unis, le français y étant la deuxième langue la plus parlée. Si le sujet ressurgit parfois épisodiquement dans le débat public (en 2015, le gouverneur républicain de l'État Paul LePage, lui même d'origine francophone, s'était vu intimer d'arrêter d'utiliser des stéréotypes sur les Français), la francophonie n'y joue plus un rôle central: «Cela a été un plus grand sujet de débat que cela ne l'est aujourd'hui, où c'est plus un sujet culturel que politique», explique Andrew Rudalevige, professeur de sciences politiques à l'université de Bowdoin.

«Comme vote le Maine, vote la nation»

«As Maine goes, so goes the nation» («Comme vote le Maine, vote la nation»), disait un vieux dicton politique du début du XXe siècle, avant que le Maine ne devienne un des deux seuls États à refuser, à quatre reprises, ses suffrages à Franklin D. Roosevelt. Si le Maine n'est aujourd'hui pas du tout représentatif de la population américaine, la campagne y a été fidèle au ton national, dure et clivante. Quand je m'y suis rendu voir un meeting de Trump à Bangor, le 15 octobre, au plus haut des accusations de harcèlement sexuel contre le candidat, les Démocrates avaient organisé une contre-manifestation devant la salle où avait lieu le meeting. «Les actes inexcusables de Donald Trump sont avilissants et dégradants pour les femmes et n'ont pas leur place dans le Maine ni à la Maison-Blanche», lançait la procureure générale de l'État, Janet Mills.

À l'intérieur de la salle, pendant ce temps-là, quelque 3.000 supporters de Trump se moquaient du qualificatif de «déplorables» que leur avait appliqué Hillary Clinton et écoutaient leur candidat dire que sa priorité, «dès le premier jour», serait de renégocier l'accord de libre-échange nord-américain. Mais aucun des deux élus républicains du Congrès n'était présent: alors que Paul LePage soutient fermement Trump (auquel il a même été comparé), le représentant Bruce Poliquin n'a pas souhaité s'exprimer à son propos pendant la campagne et la sénatrice Susan Collins lui a refusé son soutien. Et depuis sa résidence secondaire de Kennebunkport, sur la côte, l'ancien président George H. W. Bush a lui laissé entendre qu'il voterait Clinton...

Des prises de distance qui symbolisent un État politiquement très indépendant –lors de la présidentielle 1992, le milliardaire Ross Perot, trouble-fête du duel Clinton-Bush, y avait d'ailleurs recueilli son meilleur score national, avec plus de 30% des voix. «Le deuxième district n'est pas un district très républicain, c'est un district très indépendant. Les électeurs du Maine veulent pouvoir compter sur eux-mêmes, ils n'aiment pas que des gens extérieurs à l'État leur disent quoi faire. S'il y avait un candidat indépendant crédible, il réaliserait une bonne performance ici», explique Andrew Rudalevige, en citant un exemple récent, la décision, mal accueillie (et que Trump a fait siffler en meeting), de l'administration Obama d'utiliser des terres de l'État pour créer un nouveau parc national. Les deux partis comptent d'ailleurs, le 8 novembre, sur des référendums sur des questions nationales brûlantes, comme la légalisation du cannabis et le contrôle des armes à feu, pour mobiliser leur base: en 2014, il avait beaucoup été affirmé que le gouverneur républicain avait dû sa réélection au rejet simultané d'une proposition de contrôle de la chasse à l'ours.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (939 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte