Culture / Égalités

Bonne nouvelle: il y a plus de personnages LGBTQ dans les séries

Temps de lecture : 2 min

Mauvaise nouvelle: les scénaristes continuent de tuer les femmes homosexuelles et les femmes bisexuelles.

Image extraite de la série «Orange is the New Black» (Netflix).
Image extraite de la série «Orange is the New Black» (Netflix).

Chaque année, l’association GLAAD publie un rapport sur la représentation de la communauté LGBTQ à la télévision, afin d’insister sur la nécessité de promouvoir toutes les diversités à l’écran.

Et cette année, GLAAD peut se féliciter: sur 895 personnages réguliers à la télévision, 43 (4,8%) étaient identifiés comme LGBTQ, auxquels on peut ajouter 28 personnages réguliers appartenant à cette communauté. Un record selon l’association, qui étudie la question depuis 21 ans maintenant. «D’autres résultats encourageants montrent un pourcentage record de personnages réguliers noirs à la télévision (20% de tous les réguliers), et un record de personnages réguliers ayant un handicap (1,7%), écrit GLAAD. De plus, le nombre de personnages transsexuels récurrents et réguliers sur toutes les plateformes a plus que doublé depuis l’année dernière (on est passé de 7 à 16 sur la télévision, le câble et les séries en streaming). L’année dernière, la télévision n’en comptait aucun.» Des statistiques encourageantes qui dépassent donc simplement la communauté LGBTQ.

En revanche, il est important de signaler la façon dont les scénaristes et les producteurs traitent ces personnages issus de cette communauté. Comme le relève le Time, un stéréotype récurrent consiste à «tuer les personnages LGBTQ — en 2016, plus de 25 femmes homosexuelles sont mortes à la télévision».

«Bury your gays»

«Pour toutes les avancées faites, beaucoup de personnages LGBTQ tombent dans de vieux stéréotypes ou des thèmes dommageables, écrit dans le rapport Sarah Kate Ellis, présidente de GLAAD. La plupart de ces morts ont pour seul but de servir des personnages plus importants (et souvent hétérosexuels, cisgenres). Alors qu’il y a aussi peu de femmes homosexuelles et lesbiennes à la télévision, la décision de tuer ces personnages de façon importante envoie un message dangereux sur la valeur des histoires de femmes homosexuelles.»

Aux Etats-Unis, cette tragique «mode» a même un nom: «Bury your gays», «enterrez vos homosexuels». En mars dernier, le site Autostraddle a même créé une infographie très intéressante sur le sujet et montrait que, entre 1976 et 2016, 68 des 193 séries avec des personnages lesbiens ou bisexuels avaient tué au moins l’un de ces personnages.

En attendant qu’un vrai mouvement se mette en marche du côté des producteurs pour reconsidérer le destin des personnages LGBTQ, nous vous conseillons cette récente liste de Buzzfeed.com qui proposent des séries télévisées donnant, pour une fois, un happy ending aux couples lesbiens.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio