France

Nicolas Sarkozy et le Mur de Berlin: la parole est aux témoins

Slate.fr, mis à jour le 10.11.2009 à 16 h 33

Au départ, il n'y a qu'un texte posté sur la page Facebook de Nicolas Sarkozy dimanche 8 novembre accompagné d'une photo où l'on le voit Nicolas Sarkozy s'attaquer avec une pioche au Mur de Berlin. Depuis son récit a été vérifié, «fact-checké», contesté, mis en doute et la polémique a enflé. Quand est-ce que Nicolas Sarkozy s'est rendu à Berlin pour célébrer la chute du Mur? Le 9? Le 10? Le 16? La question a tourné à l'imbroglio tout au long de la journée de lundi: changement de version de certains, archives compromettantes, détails troublants...

Tentative de demêlage de la polémique par les six témoins de la scène.

Nicolas Sarkozy

Le Président l'affirme: il était à Berlin le 9 novembre 1989 et il a été témoin direct de la réunification de Berlin.

Souvenirs de la chute du Mur de Berlin, le 9 novembre 1989. Nous décidons de quitter Paris avec Alain Juppé pour participer à l'événement qui se profile. Arrivés à Berlin ouest, nous filons vers la porte de Brandebourg où une foule enthousiaste s'est déjà amassée à l'annonce de l'ouverture probable du mur. Nous filons ensuite vers Check Point Charlie pour passer du côté est de la ville, et enfin confronter ce mur dans lequel nous avons pu donner quelques coups de pioche.

Alain Auffray, journaliste à Libération et ancien correspondant du quotidien à Berlin remet sérieusement en doute les souvenirs du Président pour plusieurs raisons. Selon lui:

- Il est impossible d'avoir pu sentir l'événement se "profiler" dès le matin du 9 novembre. La chute du Mur n'était absolument pas prévisible et même les Berlinois du l'Est n'ont pris l'information au sérieux qu'après 23 heures.
- Aucune foule enthousiaste ne s'est réunie du côté Ouest la nuit du 9 novembre et ce n'est qu'au matin du 10 novembre que les Berlinois ont commencé à s'attaquer au Mur.
- Le 9 novembre 1989, le secrétaire général adjoint du RPR de l'époque ne pouvait être qu'à un seul endroit: à Colombey-les-deux-églises pour commémorer le 19e anniversaire de la mort du Général de Gaulle.

De plus, le genre de pioche que tient Nicolas Sarkozy dans les mains sur la photo n'a été distribuée à Berlin qu'à partir du 10 ou du 11 novembre. Les détails de la photo seraient en eux-mêmes une preuve.

Alain Juppé

Selon le récit de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé était à ses côtés le soir du 9 novembre à Berlin. C'est d'ailleurs ce qu'affirme l'ancien Premier ministre dans une vidéo postée la semaine dernière sur le site de la mairie de Bordeaux. Alain Juppé s'empêtre ensuite dans sa mémoire. Après avoir soutenu la version du Président, lundi matin il dit «ne plus savoir exactement» à quelle date il se trouvait à Berlin, le 10 ou le 11. Sur son blog, il rectifie son post daté du 7 novembre, ajoutant une parenthèse qui sème le doute:

En novembre, j'étais de nouveau à Berlin, avec ma petite équipe du RPR, dont Nicolas Sarkozy. Le 9 au soir (ou quelques jours plus tard, ma mémoire est imprécise sur la date exacte), il gelait à pierre fendre.

Sentant la polémique enfler, il rédige un nouveau post lundi dans l'après-midi, encore plus troublant:

9 novembre ou quelques jours plus tard? Quelle affaire! Les personnes qui m'accompagnaient sont formelles: c'était le 9. Dans la "Tentation de Venise" qui remonte à 1993, je parle du 16. Je ne me suis pas depuis replongé dans mes agendas de l'époque.

Un article du Figaro daté du 10 novembre 1989 relate la cérémonie de Colombey-les-deux-églises et fait explicitement mention de la présence d'Alain Juppé. Difficile alors de se trouver à la fois en Haute-Marne et à Berlin.

Depuis, la vidéo de la marie de Bordeaux a été remontée et ne comporte plus le passage où Alain Juppé fait mention de la date du 9 novembre.

Philippe Martel

Philippe Martel, à l'époque chargé de l'international au RPR et présent à Berlin avec le Président, affirme qu'il y aurait eu deux voyages successifs. Le premier le 9 novembre, en toute discrétion, et le second le 16 novembre avec une délégation plus officielle. Il explique qu'il avait eu des informations assez précise sur la situation à Berlin:

«Le matin du 9 novembre - j'ai vérifié dans mon agenda 1989, j'ai l'âme d'un archiviste, j'ai tous mes agendas - j'ai été appelé par un copain de promotion de l'ENA, François Laquièze, qui travaillait au Sénat de Berlin, nom qu'on donnait au conseil municipal (...) Il me dit: "ça bouge énormément à Berlin, j'ai l'impression que le Mur va tomber, on ne sait pas s'ils vont tirer". Mais mon copain était optimiste»

Il avait alors réussi à convaincre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé de se rendre à Berlin. Les trois hommes, accompagnés de Jean-Jacques de Peretti, ancien ministre de l'Outre-mer, se seraient rendus dans la capitale allemande en avion privé le 9 novembre.

Un conseiller en communication du Président, contacté par 20minutes, confirmait lundi la thèse des deux voyages à Berlin, expliquant que Nicolas Sarkozy s'y était rendu le 16 novembre pour la création d'une "association Solidarité avec les démocraties nouvelles".

François Fillon

Présent lui aussi dans le récit Facebook des souvenirs du Président, François Fillon a livré lundi son agenda du 9 novembre. Il explique qu'il se trouvait à Berlin dès le 7 novembre 1989 pour un colloque sur les relations Est-Ouest et qu'il a croisé du côté de la porte de Brandebourg:

«Nous avons passé toute l'après-midi, toute la soirée, à assister aux premières grandes manifestations autour du mur et vers 23h, nous avons croisé entre la porte de Brandebourg et le Check Point Charlie Alain Juppé, qui était accompagné de Nicolas Sarkozy et de Philippe Martel, chargé des relations internationales au RPR. Nous avons bavardé quelques minutes ensemble»

Mais depuis, Libération a retrouvé la trace d'une intervention de François Fillon à l'assemblée nationale le 8 novembre 1989. La version avancée par le Premier ministre est donc sérieusement mise en doute.

Jean-Jacques Peretti

Les choses se compliquent encore lorsque la personne présente sur la photo avec Nicolas Sarkozy, Jean-Jacques de Peretti, se confesse: il ne serait allé qu'une seule fois dans la capitale allemande, le... 16 novembre. Ne sachant plus exactement le jour exacte de son périple, il s'en remet à la bonne fois d'un dépêche AFP publiée depuis par Le Monde et qui fait état d'un voyage à Berlin le 16 novembre :

M. de Peretti, embêté, confirme qu'"il n'a pas été à Berlin deux fois", et que "si l'AFP dit que c'était le 16, c'est que ça doit être vrai". "Je vais revérifier tout ça", assure-t-il

L'auteur de la photographie

Contacté par Rue89, Paul Clave, représentant des Français de Berlin à l'Assemblée des Français de l'étranger de 1982 à 2007 assure avoir pris la photo le 10 novembre à 22 heures:

Cette photo, je m'en souviens, je l'ai faite le 10 au soir à 22h00. A 17h00 on avait pris un café au check-point avec Madelin. Je n'ai pas souvenir d'avoir croisé François Fillon. Puis on est allé dans un café jusqu'à 2h00 du matin. A 6h30 le 11, ils prenaient un avion pour rentrer à Paris.

Image de Une: Page Facebook de Nicolas Sarkozy

Slate.fr
Slate.fr (9109 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte