Double XCulture

Les comédies romantiques confondent trop souvent harcèlement et romantisme

Repéré par Emeline Amétis, mis à jour le 03.11.2016 à 13 h 23

Repéré sur The Atlantic

Dans les films, les femmes sont passives et les hommes ont bien raison de persévérer.

Cameron Diaz dans Mary à tout prix

Cameron Diaz dans Mary à tout prix

S’il est encore et toujours nécessaire de délimiter la frontière entre drague consentie et harcèlement, c’est en partie à cause des comédies romantiques, selon un article de The Atlantic.

«Les rom-coms, plus que toute autre chose, ont une troublante tendance à flouer la ligne entre l’effort romantique et la violence sexuelle, déplore The Atlantic. Beaucoup de ces films supposent une passivité innée chez les femmes et une assurance fondamentale chez les hommes.»

L’article liste plusieurs exemples: dans Mary à tout prix, Ted engage un détective privé pour filer celle qu’il aime. Ce qui serait perçu comme glauque dans la vraie vie est dans cette comédie présenté comme un gage de romantisme de la part d’un homme sensible.

Pareil pour Dean, «la quintessence du gentil petit-copain» dans Gilmore Girls, quand il suit Rory partout où elle va, sans l’alerter de sa présence simplement parce qu’elle «est sympa à regarder», comme il l’expliquera lui-même plus tard dans l’intrigue.

Le thème est si récurrent que le site TV Tropes a une page entièrement dédiée à ces exemples, ironiquement intitulée «Stalking is love» («Le harcèlement, c’est de l’amour», en français). Une page qui a valu au site un article sur le site d’information parodique The Onion –équivalent anglophone au Gorafi– titré «Un comportement digne d’une comédie romantique envoie un homme en prison».

Et le consentement?

La théorie Dobler-Dahmer, inventée par le personnage principal de How I Met Your Mother, peut vous aider à y voir plus clair quand il s’agit de déterminer la limite entre romantisme et harcèlement: si la personne destinataire de cette attention est intéressée par l’émetteur, alors c’est un geste romantique comparable à celui de Lloyd Dobler, dans Un monde pour nous —même si son comportement est cité par le site comme bizarre. Autrement, c’est juste glauque à la manière du serial-killer cannibale Jeffrey Dahmer.


Ce qui est intéressant dans cette théorie, selon The Atlantic, c’est qu’elle prend en compte l’avis des femmes —souvent décrites comme passives dans ces comédies. Dans Hitch, par exemple, le personnage de Will Smith énonce au début du film:

«Aucune femme ne se réveille en se disant “J’espère ne pas trouver l’âme sœur aujourd’hui”, en revanche elle pourrait se dire “Ce n’est pas vraiment le moment”, ou bien “J’ai besoin de respirer un peu” ou encore –et c’est ma préférée–, “Je me consacre uniquement à ma carrière en ce moment”. Vous y croyez? Pas plus qu’elles. Vous savez pourquoi? Parce qu’elles vous racontent des histoires. Elles mentent.»

«Le film ne prend pas en compte les désirs des femmes dans cette équation romantique, commente The Atlantic. Elle dit qu’elle n’est pas intéressée; il conclut qu’elle ment. Elle dit “non” ; il répond “Je vais te faire dire oui”.»

Une étude publiée en février 2015 l’affirmait: les comédies romantiques peuvent donner à leur public l’illusion que des comportements qui relèvent du harcèlement sont romantiques.

«Ces comportements peuvent être perçus comme le reflet d’un des plus grands mythes culturels romantiques: peu importe l’obstacle, l’amour dépasse tout», analyse Julia Lippman, auteure de l'étude.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte