Partager cet article

Au moins, les Américains pourront se consoler (ou se réjouir) en fumant des joints

Un homme inhale du cannabis avec un vaporisateur en mai 2013 à Los Angeles | ROBIN BECK/AFP

Un homme inhale du cannabis avec un vaporisateur en mai 2013 à Los Angeles | ROBIN BECK/AFP

La Californie, le Massachusetts, le Maine et le Nevada ont voté en faveur de la légalisation le cannabis à usage récréatif. Les militants pro-légalisation y voient le début de la fin de la prohibition du cannabis aux États-Unis.

Les Californiens ont voté oui à 56% pour légaliser le cannabis à usage récréatif dans leur État –où le cannabis médical était déjà légal depuis 1996. Le Massachusetts a aussi voté oui pour la légalisation de cannabis récréatif à 53% des voix, et des initiatives ont également été approuvées dans le Maine et le Nevada (mais pas dans l'Arizona). Il y a donc désormais huit États américains dans lesquel le cannabis récréatif est légal (consommation, vente et production). Trois autres États, la Floride, l'Arkansas et le Dakota du Nord ont approuvé la légalisation du cannabis à usage médical. 

Etant donné que la Californie est l'État le plus peuplé des États-Unis, avec 40 millions d'habitants et plus de 10% de la population américaine, cette victoire remet potentiellement en question l'attitude paradoxale du gouvernement fédéral américain, qui continue de considérer le cannabis comme illégal (officiellement considéré comme une drogue au même titre que l'héroïne), tout en acceptant que quatre États (et la ville de Washington DC) aient légalisé l'usage récréatif de la marijuana (il s'agit, depuis 2012, du Colorado, de l'État de Washington, de l'Oregon et de l'Alaska). 

«Cela représente une victoire monumentale pour le mouvement de réforme de la marijuana, a déclaré Ethan Nadelmann, le directeur de la Drug Policy Alliance. Avec le leadership de la Californie, la fin de la prohibition du cannabis au niveau national, et même international, est en train d'approcher».

Pas de joints en public

Selon la proposition 64 de Californie, la possession de 28,5 grammes de cannabis et de six plantes à la maison sera légal pour les adultes de plus de 21 ans. Le développement, comme dans le Colorado, d'une filière de production légale du produit, ainsi que de points de vente agréés prendra au moins un an, et certaines villes pourront refuser d'accueillir ce genre de commerces. Il ne sera pas permis de fumer des joints en public, ni de faire de la publicité pour des produits cannabiques à la télévision.

Le cannabis sera taxé à 15% en Californie, et les revenus financeront en priorité des programmes d'éducation et de prévention contre l'addiction à la drogue, ainsi que des efforts pour réduire la conduite en état d'ivresse et la restauration de terres endommagées par la culture illégale de cannabis. 

Dans le Massachusetts, le cadre de la légalisation est à peu pès similaire, sauf que le produit est beaucoup moins taxé (mais cela pourrait changer). Dans le Colorado, où la marijuana récréative est légale depuis 2012, les revenus des taxes ont été utilisés, entre autres, pour financer la rénovation d'écoles, mais ne représentent pour l'instant qu'1% du budget total de l'État.

Le prix du cannabis affecté?

En octobre, l'institut Gallup publiait un sondage selon lequel 60% des Américains se disent en faveur de la légalisation du cannabis. Le gouverneur adjoint de Californie (et ex maire de San Francisco) Gavin Newson avait déclaré au New York Times avant le vote: 

«Si la Californie approuve, cela fera pression sur le Mexique et toute l'Amérique latine pour relancer leur propre débat sur la légalisation.»

Sur Slate.com, Mark Kleinman, qui est en faveur de la légalisation du cannabis, explique que la façon dont la légalisation est en train de se faire dans le pays n'est pas idéale: comme le cannabis légal est un business juteux, l'objectif de l'industrie est de faire des profits, sans toujours se soucier des enjeux de santé publique.

Il explique notamment que 80% des fumeurs de cannabis aux États-Unis sont des utilisateurs quotidiens du produit, et que cette utilisation quotidienne a des effets nocifs. Pour Kleinman, un des problèmes de la légalisation aux États-Unis est qu'elle est en train de faire baisser les prix du produit (et que l'herbe est de plus en plus forte), ce qui pourrait encore augmenter le nombre d'usagers quotidiens.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte