Science & santé

L’exercice mental de 3 secondes pour se sentir plus heureux

, mis à jour le 01.11.2016 à 14 h 50

Glow Brains | Kari via Flickr CC License by

Glow Brains | Kari via Flickr CC License by

Chade-Meng Tan, un ancien ingénieur qui a rejoint Google en 2000 devenant le 107ème employé de ce qui était alors une petite entreprise, a joué un rôle important dans le développement de la fonction de recherche mobile. Mais il est surtout connu pour les cours de «pleine conscience» qu’il donnait aux employés de Google. Il est le créateur du «zen de Google» et a fondé un Institut de la pleine conscience  qui offre aujourd’hui ses services à de nombreuses sociétés, explique Quartz.

Dans son dernier livre, Joy on Demand (Joie à la demande), il décrit comment étant une personne plutôt malheureuse et insatisfaite, il a appris la joie de vivre et a être heureux. Il a découvert quand il avait une vingtaine d’années que l’humeur, l’état d’esprit, ne sont pas figés mais malléables. Et transformer son état d’esprit ne se fait pas grâce à des heures de thérapie mais plutôt avec des exercices mentaux très simples.

«Par exemple, j’ai un peu soif et je vais boire un peu d’eau. Et quand je fais cela, je ressens une petite bouffée de joie dans le temps et dans l’espace. Ce n’est pas une explosion de joie, mais une satisfaction». En général, nous n’accordons pas d’attention à ces moments: un peu de nourriture, un peu de chaleur ou de fraicheur quand cela nous apporte ce que nous cherchons, quand nous recevons un message d’une personne que nous aimons… Même s’ils durent deux à trois secondes, ces moments s’accumulent et plus vous remarquerez la joie qu’ils apportent et plus vous la ressentirez.

«De petites doses de bonheurs se produisent sans cesse dans la vie... et quand vous commencez à les distinguer, quelque chose se produit, vous trouvez que c’est en fait toujours présent. La joie devient quelque chose sur lequel vous pouvez compter». Vous avez familiarisé votre esprit avec la sentation de bonheur, même furtive.

Chad-Meng Tan a construit cette théorie sur des recherches neurologiques qui montrent que notre cerveau fonctionne beaucoup avec des routines et des schémas de pensée automatiques dont nous ne percevons pas l’existence. Plus nous nous exerçons à quelque chose, plus il devient facile de répéter ce comportement. «Prendre conscience de petites choses peut sembler trivial, mais c’est une forme de pratique de la méditation… Se rendre compte est une étape indispensable avant de voir…».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte