Science & santé

«Je ne me vois pas avec des enfants, lui est prêt à fonder une famille, notre relation est-elle viable?»

Lucile Bellan, mis à jour le 02.11.2016 à 14 h 16

Cette semaine, Lucile conseille C., une jeune femme de 26 ans qui se demande si elle doit mettre un terme à son «conte de fée».

Mariage innocent | par Jean-Eugène Buland via Wikimedia CC License by

Mariage innocent | par Jean-Eugène Buland via Wikimedia CC License by

C’est compliqué» est une sorte de courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou. Elle avait simplement envie de parler de vos problèmes.
Si vous voulez lui envoyer vos histoires, vous pouvez écrire à cette adresse: [email protected]

Pour retrouver les chroniques précédentes, c’est ici.

J'ai véritablement rencontré M. il y a quelques semaines. En 2014, nous nous étions croisés à l'occasion d'une mission de boulot. Nous avions échangé, ce qui pour moi n'était que des banalités. À l'époque, je courais après un mec qui ne m'accordait que très peu d'intérêt, et je n'avais pas remarqué que M. m'en portait bien davantage.

Pendant deux ans, il n'a cessé de penser à moi, se remémorait notre discussion de 2014. Il m'a retrouvé sur Facebook au milieu de l'été. Je quittais à peine mon ex et ses textos de soutien et d'encouragement m'ont fait terriblement de bien. Je me suis surprise à en tomber très vite amoureuse.

On vit depuis une idylle digne des contes de fées. On se confie, on partage nos passions respectives. Comme tous les couples j'imagine. Mais un point vient ternir cette belle histoire. Il a 34 ans, j'en ai 26 et je n'imagine pas ma vie avec des enfants. C'est pour moi une question tranchée. Lui en revanche, après plusieurs histoires difficiles, se sent prêt à fonder une famille. 

J'ai peur qu'il s'éloigne de moi puisque nos désirs de vie ne sont pas les mêmes. Il me dit préférer arrêter tout de suite plutôt que s'attacher, faire des projets sur le court terme et se déchirer au moment où la question de la famille se posera inévitablement.

Pensez-vous que cette histoire peut être viable malgré tout? N'a-t-il pas raison dans le fond?

C.

Chère C.,

Si je crois que fondamentalement si tout peut se résoudre par le dialogue dans le couple, la question du désir d’enfants est très épineuse. Parce qu’il n’est pas ici question de raison et d’argumentaire mais de la liberté de disposer de son corps, pour la femme, ou du désir viscéral de construire une famille. Ce n’est pas quelque chose dans lequel on doit s’engager à contre-cœur, en espérant finir par se convaincre avec les années. Comme ce n’est pas quelque chose que l’on doit réprimer quelle que soit la raison.

J’ai peur qu’ici votre désaccord soit impossible à régler. Et c’est certain que la jeunesse de votre histoire est une qualité pour se séparer avec le moins de douleur possible. C’est le seul choix de raison existant.

Chacun campant sur ses positions personnelles, à juste titre, ne voyez-vous pas que la rupture n’est qu’une question de temps?

Vous me demandez si cette histoire peut être viable malgré tout. Alors je vous demande en retour comment vous envisagez les dix prochaines années avec lui, en cachant ce sujet problématique sous le tapis? Imaginez vous faire «l’effort» de porter ses enfants, vous qui n’en désirez pas? Ou imaginez vous le convaincre de faire ce sacrifice cruel par amour pour vous? Chacun campant sur ses positions personnelles, à juste titre, ne voyez-vous pas que la rupture n’est qu’une question de temps? Et que plus celle-ci arrivera tard plus celle-ci sera amère et triste?

Cette histoire qui commence si bien a un goût de gâchis, je vous l’accorde. Et se séparer alors que tout va bien semble ridicule. Mais il n’est pas le seul à pouvoir vous rendre heureuse, j’espère que vous le savez. Il n’existe pas en ce monde, une seule âme sœur qui vous attend et qui, comme par hasard, ferait partie de votre cercle de connaissances plus ou moins proche. Il existe, par contre, une infinité de gens, ici et ailleurs, avec qui ça pourrait coller et même durer. Et au sein de cette multitude, je ne doute pas que plusieurs d’entre eux, partageront votre opinion sur la famille. Ils ne sont pas si rares que ça, les hommes qui ne veulent pas d’enfants et qui respecteraient par conséquent votre choix.

Si vous aimez M., rendez lui sa liberté et donnez lui l’opportunité de construire une famille avec quelqu’un qui le désire également. Oui, c’est un choix difficile mais c’est probablement celui qui a le plus de chance de vous rendre heureux, chacun de votre coté certes, sur le long terme.

Lucile Bellan
Lucile Bellan (132 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte