Monde

L’incroyable histoire de la «femme chamane» qui pourrait faire tomber la présidente sud-coréenne

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 31.10.2016 à 13 h 05

Repéré sur The Guardian, Quartz

Les deux femmes sont amies depuis quarante ans et partagent une histoire particulière.

Des protestants manifestent contre la présidente Park Geun-hye, à Séoul, le 29 octobre 2016. JUNG YEON-JE / AFP

Des protestants manifestent contre la présidente Park Geun-hye, à Séoul, le 29 octobre 2016. JUNG YEON-JE / AFP

Alors que tous les yeux sont rivés sur l’improbable campagne américaine pour la Maison-Blanche, un autre «drama» politique, en Corée du Sud cette fois, mérite toute notre attention. Depuis quelques semaines, la présidente coréenne Park Geun-hye est mise à mal à cause de Choi Soon-sil, son amie de quarante ans, suspectée d’avoir cherché à influencer la politique de la chef d’État et d’avoir profité de leur relation.

Comme le raconte le Guardian, l’affaire a commencé en septembre lorsque certains médias ont eu la preuve que Choi avait mis son veto à certains discours de Park, obtenu l’accès à des documents classifiés et réussi à imposer des choix dans des domaines primordiaux comme la défense, l’économie et la  politiques étrangère.

«Choi est aussi liée à des fondations à but non lucratif qui auraient forcé plusieurs grosses compagnies coréennes à leur donner plusieurs millions, écrit de son côté Quartz. L’une des plus grandes universités de Corée, l’université Ewha pour les femmes, aurait également favorisé l’admission de la fille de Choi dans son école.»

Se retirer du gouvernement

Il paraîtrait même que Choi a pu profiter de la garde robe luxueuse de son amie. Depuis ces révélations, «la popularité de Park a chuté pour atteindre 17%, le plus mauvais score depuis son élection il y a quatre ans», note le Guardian. 

Et les accusations vont plus loin, car Choi est la fille de Choi Tae-min, ancien policier devenu chef d’un culte mystérieux appelé Yongsaeng-gyo, pour «Église de la vie éternelle». Faisant office de chamane, sa fille Choi aurait «gagné la confiance de Park en affirmant être capable de rapporter des messages de la mère de la présidente, Yuk Young-soo, l’ancienne Première dame, assassinée en 1974 durant la première tentative d’assassinat de son mari [l’ancien dictateur Park Chung-hee]», rappelle Quartz. Cette relation mystérieuse et mystique a également provoqué la colère de certains parlementaires, y compris au sein de la majorité. L’un d’entre eux a affirmé que le pays était sous le coup d’une «théocratie terrifiante».

La présidente s’est depuis excusée pour ce scandale, affirmant que Choi ne l’a aidé que pour sa campagne, sans pour autant détailler la fin de leur relation professionnelle. La chamane, de son côté, est rentrée en Corée après un séjour en Allemagne. Elle s’est dit prête à répondre aux questions des enquêteurs mais refuse de reconnaître tout trafic d’influence. Et si la présidente ne peut-être mise en cause par la justice, son poste est en jeu. Le Chosun Ibo, le plus gros journal du pays, a écrit dans ses colonnes que le scandale «marque l’effondrement complet de la capacité de la présidente à diriger un gouvernement. […] La seule issue pour elle est de se retirer du gouvernement et de faire passer le bien du peuple en premier. Beaucoup de gens ont honte pour elle.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte