Culture

La lectrice est l'avenir de la littérature

Laurent Sagalovitsch, mis à jour le 31.10.2016 à 9 h 52

Entre sa ration quotidienne de films pornos et de jeux vidéos, le mâle a autre chose à foutre que de lire des romans.

Flickr/Jamie

Flickr/Jamie

C'est une évidence qui saute aux yeux quand on se coltine de près au monde littéraire: en une proportion sidérante, les femmes lisent plus, infiniment plus de romans que les hommes. Dans les rencontres en librairie, elles sont aussi nombreuses que les hommes dans un stade de foot. Quand, par mégarde, l'un se retrouve dans l'assemblée, c'est qu'il est le chauffeur de madame. Ou son amant. Sur les blogs de lecture, elles sévissent par dizaines, abeilles travailleuses tandis que les hommes se font tous porter pâles.

C'est une épidémie, une désertion en rase campagne, un sauve-qui-peut général; à ce rythme-là, un homme occupé à lire sera aussi rare à trouver qu'une trace d'intelligence dans le cerveau de Cyril Hanouna ou de Jean-Marc Morandini, nouveaux porte-étendards de la masculinité actuelle.

C'est que le mâle, de nos jours, a bien mieux à faire que de lire des romans: il lui faut sa ration quotidienne de films pornos, de jeux vidéos, d'informations sensationnelles, de séries, de ces mille et uns avatars de la modernité qui interdisent à son cerveau de se concentrer plus de dix minutes sur le même sujet, convaincu que passé ce laps de temps, il est en train de rater la nouvelle du siècle.

 Flickr/besopha-La lectrice

Son esprit papillonne, il a perdu le goût de l'étude prolongée, les sollicitations extérieures sont trop nombreuses pour échapper à leur emprise, son cerveau est trop excité pour lui permettre de fixer son attention sur un sujet bien précis, il est comme ce rat de laboratoire soumis à des stimulus continus: il furète à droite à gauche, il inspecte le moindre recoin de son agitation intérieure, il tourne en rond dans le cercle de ses pensées qui tournicotent, éphémères, à la vitesse de l'éclair.

Il n'a plus le temps pour rien.

Il est victime du trop plein de l'époque, il a développé mille et une curiosités qui se contredisent toutes les unes les autres, il s'intéresse à tout mais ne se passionne plus pour rien, il grignote des parcelles de savoir qui peinent à former une vraie cohérence intellectuelle, il est volage dans ses centres d’intérêts et la lecture ne lui apparaît plus comme étant une priorité absolue. 

Saturé d'images et de son, il a déserté le roman.

La femme, elle, moins émoustillée par tout ce fatras des nouvelles technologies, inscrit son parcours dans la durée: elle a moins de temps à perdre avec toutes ces bêtises et autres enfantillages, il lui faut du concret, du tangible, de l'éternel, de l'intemporel, quelque chose qui la nourrisse et ne se contente pas de la distraire; elle a gardé intact son amour pour la littérature.

 

       Flickr/alainalele-Lectrice avec un chapeau en feuille de journal

Alors elle continue à lire, non pas tant pour s'évader ou s'aérer l'esprit, mais plus pour continuer à chercher des réponses à ses questions sans réponse, pour approfondir le mystère de toute existence humaine, pour tenter d'appréhender le réel dans toute son infinie complexité. Pour revenir à des choses plus essentielles. Pour se détourner d'un monde qui l'écœure de trop.

C'est juste un constat que je fais là tiré de ma propre expérience. 

Il se peut que je sois complètement à côté de la plaque. Ce ne serait pas la première ni la dernière fois.

Peut-être que l'homme continue à lire des romans mais seulement en cachette. Peut-être que comme autrefois avec ses revues classées X, il les planque sous son matelas. Peut-être se rend-il dans des librairies seulement au moment de leur fermeture. Peut-être prend-il des pseudos pour confier dans des blogs ses derniers coups de cœur littéraires. Peut-être les commande-t-il sur internet et intercepte ses colis en bas de son immeuble afin d'éviter d'être pris la main dans le sac.

Peut-être, après tout, que lire est devenu une activité honteuse.

Pour suivre l’actualité de ce blog, c’est par ici: Facebook-Un juif en cavale

Laurent Sagalovitsch
Laurent Sagalovitsch (134 articles)
romancier
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte