Partager cet article

À la découverte des pâtes les plus rares du monde

Un petit détour par Nuoro, en Sardaigne, où seules trois femmes sont encore en mesure de fabriquer ces pâtes pas comme les autres.

Les chances que vous ayez déjà eu la chance de goûter ces pâtes sont minces. Extrêmement minces. À vrai dire, même en Italie, rares sont ceux qui ont eu, un jour, l'occasion de les goûter. Et pour cause, ces pâtes, appelées Su filindeu –que l'on peut traduire par «Les fils de Dieu»–, vous ne les trouverez qu'à un seul endroit, à Nuoro, dans l'est de la Sardaigne. Une fois sur place, vous devrez encore faire preuve de patience, car seules trois personnes, trois femmes, dans la ville sont capables de les fabriquer selon la recette traditionnelle: Paola Abraini, 62 ans, qui se lève chaque jour au petit matin pour les préparer; sa nièce et sa belle-sœur.

«Personne ne se souvient de comment, ou pourquoi, les femmes de Nuoro ont commencé à préparer les Su filindeu, mais depuis 300 ans, la recette et la technique n'ont jamais cessé de circuler entre les femmes de la famille Abraini», écrit la BBC, qui s'est intéressé à cette histoire. De la semoule de blé dur, du sel, de l'eau et beaucoup d'expérience. Voilà le secret de ces pâtes que personne ne semble aujourd'hui être capable de fabriquer en dehors de la famille Abraini.

Il y a quelques mois, des ingénieurs de Barilla ont tenté de mettre au point une machine qui serait capable de reproduire leur savoir-faire, en vain. Le très médiatique et décrié Jamie Oliver, lui, s'y est essayé pendant deux heures à la technique avant de finalement abandonner. Mais, pour Paola Abraini, il n'y a pas de secret, juste de l'expérience:

«Beaucoup de gens disent que j'ai un secret que je ne veux pas révéler. Mais le secret est là, juste devant vos yeux. Il est dans mes mains»

La recette est simple, très simple: de la semoule de blé dur, du sel et de l'eau. La technique, elle, est plus compliquée. La pâte est étirée à de nombreuses reprises, jusqu'à la formation de filaments. Ces derniers sont ensuite disposés délicatement sur une surface solide et séchés au soleil. Une fois que la pâte est devenue solide, elle est brisée en petits morceaux et servie en soupe avec du pecorino sardo, un fromage de lait de brebis.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte