HistoireCulture

Les cinq règles pour dessiner le drapeau parfait

Repéré par Alix Fieux, mis à jour le 29.10.2016 à 15 h 51

Repéré sur Atlas Obscura

Détrompez-vous, la vexillologie est une science très complexe. Pour la comprendre, voici un mode d'emploi qui vous permettra de devenir peut-être vous même un créateur de drapeau aguerri.

JOHANNES EISELE / AFP

JOHANNES EISELE / AFP

À chaque pays son histoire, ses spécialités et surtout, son drapeau. Mais ce que vous n'imaginez peut-être pas, c'est que derrière chaque emblème national se cache un design bien réfléchi pour faire de cet étendard une fierté à travers le monde. 

David F. Phillips lui, en a bien conscience. Et pour cause cet homme que le magazine Atlas Obscura a rencontré est vexillologue, comprenez spécialiste des drapeaux. 

«J'ai 72 ans et j'étudie les drapeaux depuis que j'en ai 6, raconte-t-il. Ce qui m'intéressait le plus quand j'étais enfant, et ce qui me passionne toujours aujourd'hui, c'est la manière par laquelle les drapeaux et les blasons transmettent des idées complexes, grâce au mariage des couleurs et des lignes, sans aucun mot. Cela me parle.»

Attention, dessiner un drapeau n'est pas une tache aussi facile que vous l'imaginez. Il existe une série de règles très sérieuses auxquelles vous ne pouvez pas déroger si vous espérez créer un étendard digne de ce nom. Pour vous aider, ce livre intitulé Good Flag, Bad Flag est un vrai mode d'emploi en la matière. À l'intérieur, son auteur, Ted Kaye, vous livre les cinq lois essentielles à connaître.

1. Simple. «Le drapeau doit pouvoir être dessiné par un enfant», approuve clairement David F. Phillips. Et si c'est plus compliqué que ça, c'est déjà trop compliqué. Le design de votre drapeau doit être immédiatement reconnaissable et ce, même à distance. 

2. Coloré. Attention à ne jamais en choisir plus de trois couleurs et pas n'importe lesquelles. Le livre de Ted Kaye recommande les plus basiques comme le rouge, le bleu, le vert, le noir, le jaune et le blanc. D'ailleurs si vous regardez bien, la plupart des drapeaux sont une combinaison de celles-ci. Elles doivent avoir une signification réelle pour la nation qui s'y identifie et bien sûr, s'accorder correctement. Généralement, la création d'un contraste est apprécié. 

3. Symbolique. Parfois, il suffit d'un tracé, d'une forme précise pour évoquer un symbole fort à la nation représentée. Prenez l'exemple du drapeau canadien ou de celui du Japon. Dans chacun de ces deux cas, la feuille d'érable et le soleil évoquent une image auxquelles les populations s'identifient fortement. 

4. Clair. Sans aucune inscription. Qu'il s'agisse d'une phrase ou même d'une lettre, aucune n'est la bienvenue. En plus, elle ne sera certainement pas visible de loin.

5. Unique. Il faut vous assurer que le drapeau dessiné est bien UNIQUE. Il ne doit pas être confondu avec un autre, ce qui est un objectif très difficile à remplir vu la multitude de drapeaux qui existent déjà et que vous pouvez (re)découvrir ici.

Pour conclure, on ne pouvait s'empêcher de conclure cet article pour nos lecteurs anglophones par l'hommage répété de la série The Big Bang Theory pour la vexillologie. Histoire d'approfondir un peu plus cet art.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte