Tech & internet / Monde

Hillary Clinton admet que son style vestimentaire est influencé par Tupac et Snoop Dogg

Temps de lecture : 2 min

Ses costumes ressemblent à ceux portés par les stars du label Death Row, et Clinton a officiellement reconnu cette source d'inspiration.

Capture twitter
Capture twitter

Le lendemain du troisième débat de la présidentielle américaine, certains journalistes ont remarqué que pour ses trois apparitions, la candidate démocrate Hillary Clinton avait choisi de porter un costume rouge, puis un costume bleu et enfin un costume blanc, aux couleurs de l'Amérique. Mais sur Twitter, l'utilisateur @double_cupp_me a vu tout autre chose: un hommage à Death Row Records, une observation qui lui a valu 103.000 retweets:

«Est-ce qu'on va rester là et faire semblant de ne pas voir qu'Hillary Clinton a rendu hommage à Death Row Records pendant les trois débats?»

We gone sit here and act like Hillary Clinton ain't been representing Death Row Records at all 3 debates? pic.twitter.com/z6ZWzQJ6O6

Jusqu'ici l'équipe de Clinton n'avait pas officiellement fait de commentaires sur l'influence de Tupac, Snoop Dogg et Suge Knight, le co-fondateur de Death Row Records. Mais le 26 octobre, la candidate démocrate a confirmé que c'était bien le cas. C'est le présentateur Charlamagne Tha God qui lui a montré le mème dans «The Breakfast Club», une émission sur la chaîne radio hip hop de New York 105.1 FM, et lui a demandé: «Vous êtes fan de Death Row Records?»

La candidate a éclaté de rire et répondu:

«Je crois que Death Row et de nombreuses autres inspirations de mode ont influencé mon look.»

L'interview a eu d'autres moments plus sérieux, notamment sur la brutalité policière et les discriminations, et l'ancienne secrétaire d'État en a profité pour critiquer son opposant:

«Ce que Trunp a fait, c'est permettre aux gens d'exprimer ouvertement leurs préjugés racistes et sexistes», a-t-elle déclaré.

L'émission s'est terminée par une apparition de Stevie Wonder qui est venu chanter bon anniversaire à la candidate.

Slate.fr

Newsletters

Sur Grindr, la chasse aux comportements toxiques est ouverte

Sur Grindr, la chasse aux comportements toxiques est ouverte

Dans une culture du «pas de gros, pas de folles», plaider pour la gentillesse sur les plateformes de rencontre pourrait bien constituer un geste radical.

Citoyens, États et collectivités, mettons la technologie au service de la démocratie

Citoyens, États et collectivités, mettons la technologie au service de la démocratie

[Tribune] Quand on a l’ambition de sauver la démocratie par la technologie, encore faut-il avoir les idées claires sur les valeurs et principes éthiques à respecter.

Le sous-titrage n'est pas un boulot à prendre à la légère (coucou Netflix!)

Le sous-titrage n'est pas un boulot à prendre à la légère (coucou Netflix!)

Traduire des sous-titres, c’est facile. Le faire bien, c’est un métier.

Newsletters