Partager cet article

4% de satisfaits de François Hollande? Ce sondage est incomparable aux autres

François Hollande, le 25 octobre 2016, à l'Élysée I STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

François Hollande, le 25 octobre 2016, à l'Élysée I STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le président de la République n'atteint même pas la barre des 5% de satisfaits selon un dernier sondage. Un record historique? Pas vraiment.

4% de satisfaits. Le résultat de la dernière enquête Cevipof, réalisée par Ipsos et Sopra Steria pour Le Monde, a de quoi calmer les ardeurs d'un président de la République dont on ne sait toujours pas s'il se représentera en 2017. C'est le score le plus faible de la courte histoire de la collaboration entre le centre de recherches politiques de Sciences Po et le quotidien du soir. Jusque-là, François Hollande était tombé à 5% en juin et juillet 2016, mais il avait légèrement rebondi à 6% de satisfaits en septembre. Avant donc de replonger ce mois-ci.

Un score catastrophique, oui, mais un record d'impopularité? Sur cette enquête oui. Dans l'histoire de la Vè République? Pas vraiment, en fait. Comme l'a très bien noté Marianne, dans les heures qui ont suivi sa publication, l'enquête réalisée par Ipsos et Sopra Steria offre un choix de plus aux sondés qu'ils n'ont pas habituellement: «ni satisfait, ni insatisfait».

«Ce que révèle ce sondage Cevipof par rapport aux autres, c'est donc surtout qu'un quart des Français est incapable de dire ce qu'ils pensent de l'action de François Hollande. Alors que les autres sondages ne leur donnent pas l'opportunité de se dire indécis. Les sondés y ont simplement la possibilité de ne pas répondre à la question, ce qui les classe le cas échéant dans la catégorie “Ne se prononce pas” (NSP).»

Et les 26% de sondés qui forment cette catégorie n'auraient probablement pas tous reporté leur voix sur «insatisfaits», ce qui indique que le président aurait vu sa côte de popularité être sans doute un peu plus élevée que ces maigres 4%.

Une enquête particulière

Lancée en novembre dernier, l'enquête Cevipof intègre néanmoins cette catégorie d'indécis. Elle a varié de 37% (peu après les attentats de novembre 2015), à 23% en juin dernier, mais généralement, c'est aux alentours d'un quart des personnes interrogées qui ne se disent ni satisfaites, ni insatisfaites à l'égard de l'action du président.

En fait, comme on peut le voir ci-dessus, les sondés doivent donner une note allant de 0 à 10. On regroupe ensuite ces résultats dans cinq groupes, qui peuvent à leur tour former trois groupes: «pas satisafaits», «ni satisfaits, ni insatisfaits», et «satisfaits».

Federico Vacas, directeur adjoint du département politique et opinion d'Ipsos, nous indique que cette échelle est celle utilisée par le Cevipof, et que depuis novembre 2015, et le lancement de cette grande enquête, la question a toujours été posée de la même façon.

«Ce n'est pas l'échelle que l'on utilise traditionnellement, notamment pour le baromètre Le Point [réalisé également par Ipsos, ndlr]. Mais cela ne retire rien au fait que ce soit un “record”. 4% est un record d'impopularité dans le cadre de ce dispositif. Mais bien sûr que cela modifie des choses. Ce n'est pas le même indicateur. Ce n'est pas mesuré de la même façon.»

Généralement, les instituts de sondages français choisissent de ne pas proposer des choix intermédiaires, pour éviter qu'une partie des répondants ne cherche des «valeurs refuges», qui permettent aux gens de ne pas vraiment se prononcer sur la question.

«C'est pour cela, que généralement, en France, dans les enquêtes publiées, l'échelle de réponses est en quatre.»

Mais cela indique aussi qu'il est impossible de comparer cette enquête avec les autres sondages. «Il faut toujours comparer des questions posées de la même façon», rappelle Federico Vacas. En clair, si vous voulez comparez la dernière enquête du Cevipof à quelque chose, comparez-la uniquement aux précédentes.

Alors oui, François Hollande ne laisse derrière lui que 4% de satisfaits selon cette dernière enquête. Mais même si d'autres sondages (plus historiques cette fois-ci) montrent que François Hollande satisfait moins les personnes interrogées que n'importe quel autre président jusque-là, rien ne dit que si l'on avait alors reproduit les conditions de l'enquête du Cevipof, d'autres présidents n'auraient pas, eux aussi, vu leurs taux de satisfaction être réduits drastiquement. Ils n'atteindraient cependant probablement pas les très faibles niveaux de ceux de François Hollande, souligne Federico Vacas.

Reste que le président français peut toujours se dire que sur les 17.047 personnes interrogées, environ 600 sont satisfaits de son action, et que le 0% n'est pas encore envisageable. C'est toujours ça.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte