Tech & internet

VIDÉO. Le virtuose du clavier qui ne cliquait plus jamais sur le mulot

Temps de lecture : 2 min

Ou comment se moquer gentiment de notre obsession pour les raccourcis clavier.

Les raccourcis clavier sont très utiles quand il s'agit de sauvegarder un document, d'en ouvrir un autre, de rouvrir un onglet fermé malencontreusement, d'ouvrir une nouvelle fenêtre, ou encore de naviguer entre toutes les applications ouvertes. Mais certains n'ont purement aucun sens quand il s'agit de passer quinze secondes pour se souvenir d'où il faut placer ses doigts, puis d'entrer la combinaison magique.

Pour bien montrer l'absurdité qui nous pousse régulièrement à essayer de nous passer de notre souris, les comédiens de Cannibal Milkshake en ont fait une vidéorepérée par Digg– relatant la vie d'Henry, l'homme qui n'a pas mis la main sur une souris depuis sept ans, qui est en permanence à la recherche de nouveaux raccourcis (il en a déjà trouvé 450), dont un super simple en combinant «shift + tab + ctrl + x + v + < + ~ + " + {», pour commander quinze pads thaï sans le moindre clic, et qui enseigne la philosophie du «no clic» à quelques autres personnes.

Une vidéo qui devrait particulièrement toucher tous les ninjas du clavier à la recherche de la combinaison parfaite depuis tant d'années.

Slate.fr

Newsletters

Quels sont les défis à relever face à l'automatisation du travail?

Quels sont les défis à relever face à l'automatisation du travail?

Les responsables politiques n'ont pas d'autre choix que de s'adapter face à l'arrivée des robots et au télétravail mondialisé.

«Dans quelle partie de l'avion a-t-on le moins de chances de mourir?» Une compagnie aérienne donne une (mauvaise) réponse avant de s'excuser

«Dans quelle partie de l'avion a-t-on le moins de chances de mourir?» Une compagnie aérienne donne une (mauvaise) réponse avant de s'excuser

KLM s'est excusé de ce manque de tact...

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

Cent dollars pour aller manifester, merci Uber

En Californie, les personnes travaillant pour Uber et Lyft ont été payées pour aller protester contre une loi sur le salariat.

Newsletters