Tech & internet

Les voix de l’intelligence artificielle, futures armes de manipulation massive

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 24.10.2016 à 11 h 54

Repéré sur The Verge, The New York Times

Les tonalités des robots nous ressemblent de plus en plus…

Image du film «Her», réalisé par Spike Jonze.

Image du film «Her», réalisé par Spike Jonze.

Connaissez-vous WaveNet? Il s’agit d’un logiciel d’intelligence artificielle lancé il y a quelques mois par Google (via sa société DeepMind) et dont le principal talent consiste à imiter la voix humaine. The Verge, qui présentait début septembre quelques-uns de ses exploits, expliquait que WaveNet a «produit des sons parmi les plus réalistes possible pour une machine à discours». Google a affirmé à cette occasion que le fossé entre la voix humaine et la voix robotique avait été réduit de plus de 50%. Même les pauses et les respirations sont ajustées avec précision.

C’est une excellente nouvelle pour les assistants tels que Siri ou Cortana, qui ressembleront de plus en plus au personnage de Samantha interprété par Scarlett Johansson dans le film Her. Mais le danger est réel pour nous. Imaginons un instant que vous receviez un appel de votre mère qui vous demande en urgence de l’argent, ou vos informations bancaires pour pouvoir en retirer. Il y a de fortes chances que vous acceptiez. Imaginons maintenant que ce ne soit pas votre mère au bout du téléphone, mais une intelligence artificielle capable de l’imiter à la perfection. Ce scénario n’a rien de fantaisiste si l’on en croit le New York Times.

Avatars

«Ce que les gens ne comprennent pas, c’est que le cybercrime devient automatisé et prend de plus en plus d’ampleur», a ainsi expliqué au journal Marc Goodman, auteur de Futur Crimes. Les capacités de l’IA pourraient, des propres mots du directeur américain de la National Intelligence James R. Clapper, augmenter la vulnérabilité du monde sur internet. Le programme d’extorsion Blackshades, créé par un Suédois aujourd’hui jugé aux États-Unis, permettait d’espionner une personne en quelques clics. Et bientôt, avec les progrès de programmes comme ceux de DeepMind, on peut légitimement penser que les outils de futur permettront d’aller encore plus loin.

«Des chercheurs spécialisés dans la sécurité informatique estiment que les criminels numériques expérimentent les technologies de l’IA depuis plus de dix ans maintenant», écrit le New York Times.

Il suffit que l’utilisation des assistants comme Siri ou Cortana deviennent mainstream pour que les pirates informatiques s’en emparent sérieusement.

«Les cybercriminels exploitent déjà les meilleures qualités de l’homme, la confiance et la volonté d’aider les autres, pour voler et espionner. La capacité de créer des avatars d’intelligence artificielle qui peuvent berner des gens sur internet ne fera qu’empirer le problème.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte