Monde

Le meilleur parking pour vélo au monde

Temps de lecture : 2 min

A Tokyo, garer son vélo peut devenir un vrai parcours du combattant. Les Japonais qui ne trouvent pas d'emplacement pour leur deux roues les garent n'importe comment, le long des barrières, empilés les uns sur les autres, dans les cages d'escalier ou les halls d'entrée ou même parfois sur la rue.

Une mairie locale a trouvé la parade: un système de parking entièrement automatisé qui fonctionne grâce à l'utilisation d'étiquettes électroniques, rapporte le Guardian. Il permet de garer de 600 à 6.000 vélos dans des structures construites dans des immeubles ou des souterrains. (voir vidéo ci-dessous)

La grande entreprise d'acier JFE est à l'origine du concept, dont le premier prototype a été terminé en 2007,qui se répand aujourd'hui un peu partout à Tokyo. Si le système est d'une complexité technologique certaine, le principe d'utilisation est simple: les cyclistes doivent s'abonner et payer une mensualité (en l'occurrence 1.800 yens ou 13 euros par mois). Une étiquette électronique est placée sur le vélo, qui permet au système de le reconnaître lorsqu'il est positionné sur l'ornière de la machine. Un bras mécanique emmène le vélo dans un puits cylindrique pour le poser dans un emplacement libre. Pour récupérer le vélo, il suffit de passer sa carte d'abonné sur un lecteur optique et le vélo est identifié, récupéré et présenté à l'utilisateur. La manoeuvre prend entre 15 et 30 secondes.

Les avantages du système sont nombreux: les vélos sont totalement sécurisés, le fait de pouvoir garer son vélo de manière pratique encourage les habitants à se convertir à ce mode de transport et les vélos mal garés n'encombrent plus les rues de la ville. L'inconvénient est que le système coûte cher et que l'infrastructure est également coûteuse et difficile à rentabiliser.

Si le Japon est à l'avant-garde en matière de stationnement pratique, fiable et sécurisé dans ses grandes villes, d'autres initiatives voient le jour dans d'autres pays, notamment en Europe. Le système espagnol Biceberg, également entièrement automatisé, permet à l'utilisateur de ranger son vélo dans un compartiment qui lui est propre. Sa capacité maximale est limitée par rapport à son homologue japonais: 92 places.

[Lire l'article complet sur guardian.co.uk]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Capture d'écran

Newsletters

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

Qui de la Chine ou des États-Unis dirigera le monde après la pandémie?

La politique étrangère de Donald Trump est une politique nationaliste, en repli face aux affaires du monde et opposée à l'idée de coopération internationale. Cette attitude résonne particulièrement bien avec l'épidémie de Covid-19. De fait, l'une...

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Orbán, l'opportuniste qui s'appuie sur le coronavirus à des fins politiques

Le dirigeant hongrois se sert de la pandémie pour asseoir son pouvoir sur la Hongrie et parie sur sa gestion de crise comme tremplin vers une réélection en 2022.

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En parlant de «virus chinois», Trump tente de faire oublier sa gestion catastrophique de l'épidémie

En suscitant la polémique, le président américain se place en position de critiquer les personnes qui préfèrent parler de terminologie plutôt que de faire la guerre au coronavirus.

Newsletters