Tech & internet / Culture

Comment rédiger sa propre fiche Wikipédia?

Temps de lecture : 3 min

Il faut vivre avec son temps il paraît. Plutôt crever.

Le logo «Wikipedia» sur un écran en 2012 à Paris. AFP PHOTO/ LIONEL BONAVENTURE
Le logo «Wikipedia» sur un écran en 2012 à Paris. AFP PHOTO/ LIONEL BONAVENTURE

Il faut vivre avec son temps il paraît. Tu parles. Très peu pour moi. Plutôt crever. Moi je suis immortel, j'habite à l'époque où je veux, je vis, je meurs, je ressuscite, je n'ai pas d'âge, je ne suis même pas né, les siècles sont mes palais, les années mes maisons particulières, les jours mes résidences secondaires.

Aussi quand l'autre jour, mon éditeur m'a dit, «mon coco, il va falloir songer à réécrire ta fiche Wikipédia, elle ne vaut pas tripette, on dirait un mode d'emploi d'une boîte d'anchois avariée», je l'ai regardé comme s'il m'avait demandé si je voulais bien écrire l'éloge de Bruno Le Maire ou rédiger un traité sur la sodomie sous-marine.

D'abord j'ignorais que je possédais une fiche Wikipédia.

Certes je me doutais bien qu'avec ma popularité grandissante, avec ce volumineux courrier déposé tous les matins par sacs entiers à mon domicile, ces demandes en mariage en pagaille, ces jeunes filles qui m'offraient leur virginité, ces maris qui me suppliaient de laisser leurs épouses tranquilles, ces paparazzis qui dormaient nuit et jour dans l'escalier de mon immeuble, je ne devais laisser personne indifférent.

De là à m'imaginer que, tout Sagalovitsch que j'étais, je possédais une fiche Wikipédia, il y avait là une forêt amazonienne que même dans mes rêves les plus fous je n'aurais jamais imaginé franchir un jour.

Et pourtant je dus me rendre à l'évidence.

Sans même me demander mon avis, un anonyme et infâme scribouillard avait eu l'outrecuidance insensée de me créer une fiche Wikipédia et d'y déballer là l'histoire de ma vie. Faut pas se gêner surtout. Non mais allez-y, racontez tout, ma vie, mon œuvre, mes femmes, mes amis, mes emmerdes, mes comptes en Suisse, mes tableaux de maîtres, mon nombre de buts inscrit dans ma carrière de footballeur amateur, la taille de ma queue, mon poids en or et l'emplacement de ma tombe.

Je lis donc, «Laurent Sagalovitsch, né en 1967 à Montreuil, est un écrivain français.»'

Au moins pour une fois, il faut le reconnaître, on n'avait pas écorché mon nom. Pas de Sagalovitch. Ou de Sagalowitz. Ou encore Zagallovitchiski. Remarquez, valait mieux pas, sinon je lui collais un procès à ce gougnafier, rédacteur auto-déclaré de ma propre existence. Oui j'étais bien né en 1967 mais était-ce vraiment nécessaire de le rappeler, hein? Il aurait très bien pu écrire, né dans la seconde moitié du siècle ou écrivain contemporain ou ne rien dire du tout. C'est malin, tout le monde maintenant va savoir que je fonce, cheveux au vent, sur la cinquantaine. Alors que j'ai le teint d'un trentenaire, le crâne chauve d'un nouveau-né, et l'immaturité d'un adolescent mal dégrossi.

Né à Montreuil.

Alors là je dis non, non et non. Moi j'ai vu le jour à Montreuil-sous-Bois. Montreuil, je ne connais pas. C'est même marqué sur ma carte d’identité, celle que je n'ai pas renouvelée depuis au moins trente ans. Je me fous de savoir qu'entre le jour de ma venue sur terre et aujourd'hui, un couillon de fonctionnaire mal luné a décidé de circoncire le nom de ma commune de naissance. Moi je suis né à Montreuil-sous-Bois et pas à Montreuil-tout-court.

La suite? Est un écrivain français. Heu, alors là faut voir, je dis. Déjà écrivain... ça se discute... un jour peut-être... écrivain... écrivain... écrivaillon plutôt... écrivain en devenir... à confirmer... peut et doit mieux faire... redoublement envisagé si se laisse aller de la sorte... a tendance à s'endormir au milieu de ses romans... doit muscler sa narration... manque de rigueur lexicale... se répète beaucoup trop... se repose sur ses acquis qui hélas ne sont guère nombreux...

Français? Et pourquoi pas Gaulois? Ridicule. Grotesque. Abscons. Il eût mieux valu écrire: Sagalovitsch, écrivaillon à l'origine indéterminée, vrai bâtard au sang mêlé, vague et douteux assemblement de frites belges et de harissa tunisienne, avorton sans racine ni souche bien déterminée, Juif apatride et perpétuellement en cavale; aux dernières nouvelles, habiterait le deuxième étage d'une cabane au Canada.

La suite de ma fiche Wikipédia est du même tonneau. Inintéressante au possible. Bourrée d'approximations. Pathétique de bout en bout. A mon image diront certains.

Va falloir que je la réécrive de la première à la dernière ligne.

Mais à quoi bon? Pour quoi faire? Qu'est-ce qu'on en a à foutre de savoir où je suis né, avec qui je vis, si je paye l'impôt sur la fortune, si j'ai eu mon bac avec mention, si j'ai des Sicav, quelles genres d'études j'ai pu accomplir, si je roule en Citroën, si j'ai couché pour être publié, si je me rase tous les matins, si j'appartiens à une quelconque école littéraire (ça va pas la tête), si je mange bio, si je pratique le yoga, si je connais Bernard Pivot, si j'ai des accointances avec la famille Rothschild?

C'est agaçant tout de même cette manie que nous avons de tout vouloir savoir sur tout. Quoi mon blog? Quoi je ne parle que de moi dans mon blog ? Quoi je me mets en scène parfois dans mes romans?

Quoi c'est moi qui l'ai rédigée ma fiche Wikipédia?!!

Laurent Sagalovitsch romancier

Newsletters

Au Soudan du Sud, une fille vendue aux enchères sur Facebook

Au Soudan du Sud, une fille vendue aux enchères sur Facebook

Le réseau social n'a pas désactivé le post à temps et la jeune fille de moins de 18 ans a été vendue pour être mariée.

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Les conservateurs américains renoncent à lutter contre le porno

Pas parce qu’ils ont changé d’avis, mais parce que tout le monde en regarde.

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

Ce compte Facebook parodique est pris au sérieux par des millions de fans de Trump

«Plus on est extrême, plus les gens nous croient», explique Christopher Blair, qui a créé un compte parodique très populaire chez les pro-Trump.

Newsletters