Culture

Les vraies desperate housewives

Temps de lecture : 2 min

Avant la crise économique, une émission américaine de téléréalité avait pris le parti de montrer des «vraies» housewives américaines, comme le versant réaliste de la série Desperate Housewives. Pas vraiment femmes aux foyers puisque certaines travaillent, mais bien de l'Amérique profonde (Texas), comme à Wisteria Lane.

A l'époque du début de la série, il y a quatre ans, ces Américaines ouvraient aux caméras leur maison, leur intimité, leurs habitudes, leurs dressings démesurés, et leur quête haletante du dernier sac hors de prix. Depuis la crise, leurs préoccupations ont changé, leur façon d'être aussi.

Certaines ont voulu quitter l'émission, pour se consacrer à plein temps à leur emploi, ou parce qu'elles n'ont plus envie de se montrer comme auparavant; d'autres y voient au contraire une source de revenus supplémentaires bien utile désormais.

L'émission avait pour but de montrer de riches américaines caricaturales, en proie à des préoccupations frivoles; il est devenu, par le hasard de la conjoncture économique, un témoin des transformations qui adviennent aux Etats-Unis.

[Voir l'article]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Wikipedia, The Real Housewives of Orange County

Newsletters

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

James Bond se comportait comme un violeur dans ses premiers films, estime le réalisateur de «Mourir peut attendre»

Cary Fukunaga fait notamment référence à une scène d'«Opération Tonnerre», sorti en 1965.

MC Solaar est à la fois prose et combat

MC Solaar est à la fois prose et combat

Depuis des années, il incarne un rap doux et intelligible qui prône la concorde. Mais en grattant la surface, on découvre un artiste bien plus multiple et frontal qu'il n'y paraît. Rencontre avec un homme perché et peu enclin à la nostalgie.

Depuis deux ans, j'écoute en boucle la musique de Gustav Mahler

Depuis deux ans, j'écoute en boucle la musique de Gustav Mahler

[BLOG You Will Never Hate Alone] C'est comme une maladie, un sortilège, un envoûtement auquel je ne peux ni ne veux me soustraire.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio