France

Quand le FN à Lourdes diffuse l’adresse de réfugiés sur Facebook

Temps de lecture : 2 min

«Tous des bêtes sauvages, ils me dégoutent, des ordures sur le sol français», peut-on lire dans les commentaires.

Impression écran de la page Facebook du FN 65.
Impression écran de la page Facebook du FN 65.

Le FN 65, la section Front National des Hautes-Pyrénées, a publié le 17 octobre dernier un message très particulier sur sa page Facebook. Streetpress, qui a repéré le statut en question, relaie le titre de la publication, qui pose d’emblée le décor: «SCANDALEUX CAMOUFLAGE DES AUTORITÉS SUR LES 250 MIGRANTS-CLANDESTINS DE LOURDES!» Vient ensuite un texte qui affirme que les mairies de Lourdes et de villes avoisinantes ont accepté prendre en charge plusieurs centaines de migrants «logés, nourris et soignés gratuitement, et même payés aux frais du contribuable».

Puis la section locale du parti dévoile plusieurs adresses d'appartements occupés par les réfugiés à Lourdes, mais également le numéro de la directrice du Centre d’accueil de demandeurs d’asile. Elle affirme également que les policiers ont reçu pour consigne de ne mettre en place que des mains courantes pour les demandeurs d’asile, «en cas de problème même grave». «On ne peut qu’être révoltés devant cette injustice et cette préférence étrangère», estime encore les auteurs du post, très vite soutenus par des partisans FN. «Tous des bêtes sauvages, ils me dégoutent, des ordures sur le sol français», peut-on lire dans le commentaire laissé par l’un d’entre eux.

Evidemment, le journal a vérifié ces affirmations et a vite réalisé que le FN 65 a largement biaisé ces informations. Il y a en réalité 108 demandeurs d’asile hébergés à Lourdes et la police n’a pas reçu de telles consignes.

La suite du papier est à lire sur Streetpress.

Slate.fr

Newsletters

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

Est-on libre d’écrire ce qu’on veut dans une tribune de stade?

La banderole est l'un des moyens d'expression privilégiés des supporters. Il arrive pourtant qu'elle soit interdite de match, comme à Toulouse, fin février.

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

La France continue à vivre au-dessus de ses moyens

Prudence... et action rapide. Selon Pierre-Yves Cossé, commissaire au Plan de 1988 en 1992, l'embellie apparente de certains indicateurs économiques ne signifie absolument pas une prochaine sortie de crise.

Newsletters