Monde

Fort Hood: les fusillades sont-elles courantes sur les bases militaires?

Temps de lecture : 2 min

Pas autant qu'on pourrait croire.

Les SWAT à Fort Hood, dans le Texas, REUTERS/Ho New
Les SWAT à Fort Hood, dans le Texas, REUTERS/Ho New

Un psychiatre de l'armée américaine qui était sur le point d'être envoyé en Irak s'est embarqué dans une fusillade meurtrière à Fort Hood dans le Texas jeudi 5 novembre dans l'après-midi. 12 personnes sont mortes, et 31 blessées. Arrive-t-il souvent que des soldats commettent des crimes sur leur base?

Pas vraiment. Les taux de criminalité sur les bases militaires à l'étranger ont été étudiés, là où les communautés locales peuvent se sentir menacées par la présence de forces militaires américaines. A Okinawa, au Japon, les soldats américains ont été impliqués dans plusieurs cas médiatisés de viol et ont été accusés de violence généralisée. S'il est raisonnable de s'attendre à retrouver un taux de criminalité plus élevé chez une population de jeunes hommes entraînés à faire la guerre, une récente étude a montré que les troupes à Okinawa avaient deux fois moins de chances d'enfreindre la loi que la population générale. De même, en Corée, les soldats américains semblent se faire arrêter pour crime grave bien moins souvent que la population locale.

Cela étant, les crimes graves sont en augmentation sur l'ensemble des bases depuis 2003, selon un rapport (PDF) publié en juillet. Les taux d'arrestations pour meurtre, viol, agression et incendie criminel ont bondi de 2007 à 2008. L'étude, commandée après que six membres de la même brigade aient été accusés d'homicide sur une période de 12 mois, montre que les soldats qui ont plus les autres de développer des maladies mentales, des problèmes de conduite et autres comportements criminels. (Des études vieilles de plusieurs décennies portant sur les vétérans du Vietnam sont arrivées aux mêmes conclusions.)

Daniel Engber

Traduit par Grégoire Fleurot

Image de Une: Les SWAT à Fort Hood, dans le Texas, REUTERS/Ho New

SI VOUS AVEZ AIMÉ CET ARTICLE, VOUS APPRÉCIEREZ PEUT-ÊTRE: «Comment font-ils pour tuer autant?»

Daniel Engber Journaliste

Newsletters

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Le travail de sape d'Orbán pour pousser Soros hors de Hongrie

Les fondations du milliardaire-philanthrope américano-magyar quittent Budapest où elles travaillaient depuis 1984. Un départ accéléré par vingt-quatre mois d’intense campagne gouvernementale anti-Open Society.

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

À San Francisco, des équipes médicales vont aller soigner les toxicomanes directement dans la rue

On leur administrera notamment de la buprénorphine, plus connue sous le nom de Suboxone.

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

En Irlande du Nord, une mère emmène son fils se faire tirer dessus

Dans les faits, la guerre est finie. Dans les têtes et les réflexes sociétaux, pas encore.

Newsletters