Société

Le tireur de Fort Hood, ancien de Virginia Tech, est vivant

Temps de lecture : 2 min

Une fusillade sur la base américaine de Fort Hood, dans le Texas, a tué 12 personnes et en a blessées 31. Le tireur, Nidal Malik Hasan, qui a apparemment agit seul, n'a pas été tué, contrairement à ce qui avait été annoncé lors d'une conférence de presse un peu plus tôt.

Le commandant Hasan a ouvert le feu à13h30 heure locale (20h30 heure française), à l'aide de deux armes de poing dans un bâtiment où des soldats suivaient des examens médicaux avant d'être envoyés en Irak ou en Afghanistan. Il s'est ensuite dirigé vers une salle où se déroulait une cérémonie de remise de diplômes, à laquelle assistaient 600 personnes.

Le Lieutenant Général Bob Cone a confirmé lors de sa dernière annonce que le tireur a bien été touché par balles et blessé, mais que ses jours ne sont pas en danger. On ne sait pas encore si Hasan tirait de manière indiscriminée ou visait des cibles en particulier.

Hasan, un homme de 39 ans, a étudié Virginia Tech, université tristement célèbre pour avoir été le théâtre d'une des fusillades les plus meurtrières des Etats-Unis. Il est titulaire d'une licence de psychiatrie, qu'il pratiquait au centre médical de l'armée de Fort Hood.

Hasan est un citoyen américain d'origine jordanienne, né en Virginie, et n'a jamais été déployé en dehors des Etats-Unis.

Selon le sénateur du Texas Kay Bailey Hutchison, Hasan devait être envoyé en Irak «et semblait en être perturbé»: «Je pense qu'il y a en ce moment même beaucoup d'enquêtes sur son passé et son parcours».

[Voir l'article]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: capture d'écran

A LIRE AUSSI SUR SLATE: «Comment font-ils pour tuer autant?»

Newsletters

Les enjeux éthiques du pass sanitaire

Les enjeux éthiques du pass sanitaire

Si la vaccination massive de la population est nécessaire à la sortie de crise, la contraindre par l'extension du passeport vaccinal pose un certain nombre de questions fondamentales.

Pour les plus de 60 ans, le contact virtuel est parfois pire que l'absence de contact

Pour les plus de 60 ans, le contact virtuel est parfois pire que l'absence de contact

Paradoxalement, les appels vidéo pendant les confinements ont pu faire augmenter le sentiment de solitude.

Pas tous anti-covid

Pas tous anti-covid

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio