Partager cet article

L'échec de l'Apple Car n'est pas une si mauvaise nouvelle pour Apple

Apple Store - Scottsdale Road | Dru Bloomfield via Flickr CC License by

Apple Store - Scottsdale Road | Dru Bloomfield via Flickr CC License by

La voiture autonome ne rentre plus dans les plans de l'entreprise américaine.

Clap de fin pour l'Apple Car? Alors qu'il y a un mois, le New York Times révélait que l'entreprise de Cupertino était en train de repenser sa stratégie de voiture autonome, Bloomberg indique, ce lundi 17 octobre, qu'Apple «a drastiquement réduit ses ambitions automobiles, ce qui a mené à des centaines de coupes dans les postes, et une nouvelle direction, qui, pour l'instant, ne prévoit plus de construire sa propre voiture».

Mais Apple n'a pas totalement abandonné l'idée d'une voiture autonome, puisque les cadres «ont donné à l'équipe de la voiture jusqu'à la fin de l'année prochaine pour prouver la faisabilité d'un système de conduite autonome et décider de la direction finale à prendre», soit pour son propre véhicule, soit pour réaliser un partenariat avec des fabricants.

Si l'on peut s'imaginer des raisons de s'inquiéter pour Apple (un échec n'est jamais très bon pour l'image d'une entreprise, encore moins quand cette entreprise est Apple), sur Slate.com, Will Oremus préfère y voir une bonne nouvelle: notamment parce que Tim Cook, le successeur de Steve Jobs à la tête de l'entreprise, a su dire stop.

«Le pire scénario pour Apple aurait été de continuer à investir des ressources dans un projet voué à l'échec, que ce soit parce que l'entreprise prend ses désirs pour des réalités, parce qu'elle est incapable d'admettre la défaite, ou à cause d'une inertie organisationnelle. Cela aurait été le signe d'une entreprise sur le déclin, qui cherche imprudemment à s'agrandir. Construire et sortir une Apple Car qui aurait ensuite fait un flop aurait été plus que gênant. Cela aurait pu être le début de la fin.»

À l'inverse, souligne-t-il, Apple a préféré repartir vers un projet moins risqué que la production de véhicules, et a su prouver au reste du monde qu'elle n'a pas peur de faire marche arrière quand ça ne va pas.

«Dans l'industrie technologique, rester en haut est presque aussi difficile que d'y arriver. L'histoire nous montre que même les plus grandes entreprises se sont perdues en chemin en devenant suffisantes, et en passant à côté de grosses tendances ou en s'éparpillant trop et en perdant de vue ses objectifs. Le projet de voiture autonome d'Apple, de ce que l'on en sait, montre qu'Apple reste vigilant sur ces deux points. Le Projet Titan a peut-être échoué, en tout cas du côté hardware. Mais pour emprunter un cliché de la Silicon Valley, au moins il a échoué vite.»

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte