Monde

Les meilleures perles des hommes politiques

Temps de lecture : 2 min

2009 a été riche en petites phrases politiques, explique 20 Minutes.fr. Un livre intitulé Berlusconneries vient de sortir en France, tandis qu'au Brésil, Marcelo Tas publie Jamais auparavant dans l'histoire de ce pays, recueil de phrases du président Lula. Ces petites phrases que l'on qualifie familièrement de «perles», le site en a fait un florilège, choisissant, de façon arbitraire, ses préférées. Voici quelques exemples:

«Ma mère était une femme qui est née analphabète», a déclaré le dirigeant brésilien.

En France, ce que Slate avait baptisé la sarkolangue avait aussi offert son lot de petites phrases, avec par exemple le «Casse toi pauv' con» de l'an dernier, au salon de l'agriculture.

Sur le fond, autre exemple, Sarkozy avait dit en avril dernier à propos de son homologue espagnol José Luis Zapatero qu'il n'était «peut-être pas intelligent».

20 Minutes remet la palme, bien méritée, au président du Conseil italien, qui avait par exemple déclaré à propos des sinistrés du tremblement de terre à l'Aquila (qui a fait 300 morts): «Bien sûr, leur abri actuel est tout à fait provisoire, mais justement, il faut prendre ça comme un week-end en camping».

Début 2010, un recueil des petites phrases de Nicolas Sarkozy, intitulé Les bla-blas du bling-bling d'Emmanuel Blancafort, devrait être publié; tandis que vient de paraître Une histoire abracadabrantesque, de Jean-Yves Lhomeau et Marie-France Lavarini. Le Figaro souligne que «le livre se feuillette comme un abécédaire, ou comme un recueil de nouvelles, dans lequel chaque phrase est analysée et resituée dans son contexte.», et propose un florilège vidéo.

Y sont incluses de très belles phrases qui sont restées culte dans la politique française: le débat de Chirac et Mitterrand en 1988, Chirac traitant Fabius de roquet en 1986, ou encore Valéry Giscard d'Estaing refusant le monopole du coeur à Mitterrand en 1974.

Sont aussi incluses des phrases nettement plus drôles, comme la très connue bravitude de Ségolène Royal, mais aussi les «win the yes need the no to win the yes against the no» de Raffarin, ou le très solennel et tonitruant «Il y a des moments Monsieur Hollande, où dans une démocratie, on ne peut pas mélanger les carottes et les choux fleurs» de Dominique de Villepin.

Le Figaro n'a manifestement trouvé aucune phrase de Nicolas Sarkozy digne de figurer dans le florilège.

[Lire l'article complet sur 20 Minutes.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: flickr, bubble speech

Newsletters

Les suprémacistes blancs sont à l'origine de la majorité des attentats terroristes aux États-Unis

Les suprémacistes blancs sont à l'origine de la majorité des attentats terroristes aux États-Unis

Le terrorisme intérieur venant de l'extrême droite est la menace la plus persistante et la plus mortelle dans le pays.

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 17 au 23 octobre 2020

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 17 au 23 octobre 2020

Assassinat de l'enseignant Samuel Paty, désignation de Saad Hariri comme Premier ministre du Liban et reconfinement en Irlande et au Pays de Galles... La semaine du 17 au 23 octobre 2020 en images.

Le président polonais Andrzej Duda testé positif au Covid-19

Le président polonais Andrzej Duda testé positif au Covid-19

Le secrétaire d'État à la présidence polonaise Błażej Spychalski a également été mis en quarantaine.

Newsletters