Partager cet article

Depuis les accusations contre Trump, les hotlines anti-agressions sexuelles croulent sous les appels

Donald Trump, le 17 octobre  2016 à Green Bay, Wisconsin | Tasos Katopodis / AFP

Donald Trump, le 17 octobre 2016 à Green Bay, Wisconsin | Tasos Katopodis / AFP

La principale association américaine d'aide aux victimes d'agressions sexuelles a vu ses appels augmenter de 35%.

Depuis début octobre, les agressions sexuelles et la misogynie sont au cœur de la campagne pour l'élection présidentielle américaine. Si les commentaires sexistes de Donald Trump posent problème depuis plusieurs mois, la diffusion début octobre d'une vidéo (datant de 2005) dans laquelle Trump se vantait de pouvoir «tout faire» aux femmes, y compris les «attrapper par la chatte», constitue un tournant décisif.

Depuis cette révélation, dix femmes ont accusé le candidat républicain d'attouchements et agressions sexuelles, et le volume d'appels à la hotline de RAINN, la principale organisation américaine de soutien aux victimes de viol et agressions sexuelles a augmenté de 35%. Le nombre de femmes ayant contacté cette association via un tchat en direct a aussi augmenté de 33% dans les jours qui ont suivi la diffusion de la vidéo.

Selon le président de RAINN, certaines personnes appellent pour discuter de leurs propres agressions sexuelles dans la mesure où les propos du candidat républicain ont fait réémerger des souvenirs douloureux, et d'autres contactent l'association pour évoquer des agressions dont elles n'avaient jamais parlé, et se renseigner sur comment porter plainte. 

Les femmes n'hésitent plus à raconter leur histoire

Sur la radio NPR, le vice-président de l'organisation a expliqué qu'ils avaient dû doubler le personnel responsable de la hotline. 

«Les femmes qui entendent le débat public sur le comportement de Trump réévaluent des attouchements qu'elles gardaient depuis longtemps sous silence et avaient relativisé ou ne considéraient pas comme des agressions», explique Christina Cauterucci sur Slate.com.

Lorsqu'une affaire de viol ou d'agression sexuelle est médiatisée, le nombre d'appels aux associations d'aide aux victimes a toujours tendance à augmenter, et ce fut notamment le cas aux États-Unis lorsque plusieurs femmes ont accusé l'acteur Bill Cosby de viols.

En ce qui concerne Trump, si plusieurs femmes ont décidé de raconter leurs histoires à la presse, c'est en grande partie parce que le candidat républicain a déclaré pendant le débat contre Hillary Clinton qu'il n'avait jamais touché de femmes sans leur consentement. Trois femmes qui accusent le candidat républicain d'attouchements ont expliqué que c'était le fait de voir Trump mentir ainsi devant des millions de téléspectateurs qui les avaient décidées à parler.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte