Culture

Le multilinguisme est un humanisme

Temps de lecture : 2 min

la Tour de Babel d'après van Valckenborch
la Tour de Babel d'après van Valckenborch

La tour de Babel, la pluralité des langues, ce n'est pas une malédiction contre laquelle il faudrait lutter, mais une chose dont il faudrait se réjouir. C'est ce qu'explique François Ost dans son livre, plaidoyer pour la diversité des langues et réflexion sur leur universalité en même temps que leurs particularismes.

Sur le site de La Vie des Idées, Leyla Dakhli raconte ce livre et le met en perspective. «ll nous faut cesser de regretter le temps de la langue unique, commente-t-elle. En comparant les traductions du mythe de Babel, Ost propose de renoncer à comprendre ce mythe comme une malédiction et d’opter pour une interprétation jubilatoire de la pluralité des langues, sous les auspices de Borges et de Kafka.»

François Ost ne se livre en aucun cas à une critique idéologue de l'anglais, mais à une analyse fine du sens du multilinguisme et de sa richesse.

«L’objet de Ost n’est pas uniquement la traduction entre les langues, mais la traduction au sein des langues elles-mêmes, leur capacité intrinsèque à dire les choses de mille manières. La traduction devient quant à elle un moyen de connaître sa propre langue, de la sortir de l’univoque, de l’enrichir.»

Cette réflexion permet de penser l'universalité des cultures: comme l'expliquait le philosophe Paul Ricoeur, la traduction démontre qu'il y a toujours, invariablement, des ponts possibles entre les cultures.

«Traduire, c’est déjà s’entendre un peu.» souligne Leyla Dakhli «Cette réflexion morale pousse à son comble l’adage attribué à Umberto Eco: "La langue de l’Europe, c’est la traduction". Car c’est un adage politique auquel il s’agit de trouver une forme concrète.»

Le texte de François Ost est éminemment politique, et Dakhli le remet dans le contexte français actuel. «Les développements sur les liens qu’entretiennent la langue et l’identité nationale font réfléchir sur la manière dont on peut lier nation/intégration et langue. L’actualité française est là pour nous rappeler combien les assimilations entre une «identité nationale» et une langue maternelle peuvent devenir des outils de propagande.»

[Lire l'article complet sur le site de La Vie des Idées]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: la Tour de Babel d'après van Valckenborch

Slate.fr

Newsletters

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

«M», qui fut maudit, mais ne l’est plus

Le film de Yolande Zauberman accompagne avec exigence et émotion le retour d’un homme là où il fut violenté dans son enfance. Et c’est un monde qui s'ouvre sous leurs pas.

«Serai» ou «serais», c’est un peu trop facile de se moquer

«Serai» ou «serais», c’est un peu trop facile de se moquer

Déterminer si l'on prononce de la même façon «je serai» et «je serais» ou si les deux versions riment strictement à l’oral n'implique pas une réponse aussi tranchée qu'on pourrait le penser.

Le jour où je suis devenu un homme

Le jour où je suis devenu un homme

[BLOG You Will Never Hate Alone] J'avais 13 ans. L'âge de la bar-mitsva. Quand on m'a amené de force à la synagogue lire un texte que je ne comprenais même pas.

Newsletters