Allemagne

À Berlin, les rues aux noms de colonisateurs rebaptisées aux noms de résistantes africaines

Temps de lecture : 2 min

Un exemple à suivre en France?

Le quartier africain de Wedding à Berlin | Martijn van Exel via Flickr CC License by
Le quartier africain de Wedding à Berlin | Martijn van Exel via Flickr CC License by

Dans le quartier africain de Berlin, surnommé ainsi parce que ses grands axes portent les noms d'anciennes colonies allemandes telles que Zanzibar, la Guinée ou le Cameroun, quelques rues portent toujours les noms de grands colonisateurs allemands, telle la Petersallee, une référence à Carl Peters, qui a fait exécuter des milliers de personnes en Afrique de l'Est, ou la Lüderitzstraße:

«Elle évoque le souvenir du marchand de tabac Adolf Lüderitz, qui a escroqué de vastes zones de la Namibie actuelle à coups de deals malhonnêtes. Il est considéré comme un des initiateurs du génocide des hereros et des namas qui a été commis par les Allemands en 1904.»

Après plusieurs années de discussions, impulsées par l'association locale Berlin Postkolonial, la mairie du quartier de Wedding a décidé de «décoloniser l'espace public», comme l'écrit le quotidien, en donnant à ces rues de nouveaux noms: à compter de 2017, elles porteront ceux de résistantes africaines, qui se sont opposées au colonialisme et au racisme.

«Rebaptisez les rues de négriers»

Cette initiative pourrait servir d'exemple aux villes françaises dans lesquelles plusieurs rues portent toujours des noms de colons et de riches familles de négriers: Bordeaux, Le Havre, La Rochelle, Marseille et Nantes. En 2014, l'association bordelaise Fondation du mémorial de la traite des noirs avait d'ailleurs lancé une campagne intitulée «Rebaptisez les rues de négriers» à travers la France, rapportait alors le site Rue89Bordeaux.

Avec vingt-deux rues portant des noms d'armateurs négriers, Bordeaux est aujourd'hui la ville française qui compte le plus de rues à la gloire du passé colonial de la France, contre onze à Nantes et six à Marseille.

Slate.fr

Newsletters

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Newsletters