Monde

Motorola, Apple, Samsung… La longue histoire des explosions de téléphones

Temps de lecture : 5 min

Depuis des années, des téléphones explosent un peu partout dans le monde. Un fait rarissime, mais très médiatisé.

Devant un magasin Samsung, à Londres, le 11 octobre 2016. Daniel Leal-Olivas / AFP
Devant un magasin Samsung, à Londres, le 11 octobre 2016. Daniel Leal-Olivas / AFP

Samsung a connu de meilleurs jours. La marque coréenne a annoncé l'arrêt total de la production d'un de ses smartphones, le Galaxy Note 7, à cause des risques d'explosion de la batterie. Un mois après son lancement, le constructeur avait déjà rappelé 2,5 millions d'appareils. Samsung reconnaît alors au moins 35 cas problématiques. La marque reprend finalement les ventes, avant de les ajuster, puis de tout stopper, ce 11 octobre.

Ce mardi, le titre de Samsung perdait 7% en bourse, «soit une perte de capitalisation de 11,8 milliards d'euros», selon Le Monde.

Si d'autres marques avaient déjà eu affaire à des téléphones qui explosaient, (et souvent c'est la batterie qui est responsable, et ça peut parfois être très impressionnant) c'est la première fois qu'un constructeur tue l'un de ses produits pour cette raison.

Vague d'inquiétude en 2004

En 2004, une série d'explosions de téléphones avaient poussé le site CNET à s'interroger sur le sujet. À l'époque, un téléphone venait d'exploser dans la chambre d'une adolescente, qui par chance, n'a pas été blessée. Deux mois plus tôt, la batterie d'un autre téléphone avait provoqué des brûlures au second degré chez un adolescent, en Californie.

«Les mauvaises batteries ont fait de 2004 une année dangereuse pour vivre avec un téléphone portable. Des groupes dévoués à la sécurité des produits de consommation indiquent avoir rempli des douzaines de rapports de défaillances de téléphones, cette année, qui ont causé des blessures ou des dégâts.

Des batteries défectueuses ou contrefaites sont responsables de la quasi-totalité des incidents répertoriés, même si certains ont été causés par la chute d'appareils. Les incidents n'ont impliqué qu'un petit pourcentage des 170 millions de propriétaires de téléphones portables aux États-Unis. Mais les associations de défense des consommateurs pensent que cette augmentation de problèmes de batterie pointe vers une tendance inquiétante.»

Trois ans plus tard, en 2007, le site spécialisé The Register revient sur l'explosion d'un portable Motorola qui coûte la vie à un homme de 22 ans en Chine. L'appareil qui se trouvait dans une poche au niveau de sa poitrine, et qui avait été exposé à des températures élevées, explose. Xiao Jenpeng décédera de ses blessures à l'hôpital. De son côté, un porte-parole de Motorola rejette les accusations portées contre son entreprise et préfère se demander si le jeune homme utilisait bien un téléphone de la marque ou une contrefaçon de l'appareil ou de sa batterie.

46 millions d'appareils rappelés

À peu près au même moment, Nokia avait rappelé 46 millions de téléphones à cause de batteries qui surchauffent. L'entreprise finlandaise parlait alors d'une centaine d'incidents de surchauffe, «mais aucune blessure, ou dégât» n'avait été répertorié.

En 2009, un téléphone avait causé la mort d'un employé dans un magasin en Chine. Il s'agissait alors de la neuvième explosion de téléphone dans le pays depuis 2002. Même si la police n'avait pas révélé la marque de l'appareil, Nokia et Motorola avait là encore rejeté la faute sur les contrefaçons.

Face à ce rapport, le propriétaire est revenu sur sa première version bredouillant que son Galaxy S3 était tombé dans l’eau et, pour le sécher, un de ses amis l’aurait mis au micro-ondes

Depuis, les smartphones les ont remplacés, et de temps à autres, on entend parler d'une explosion d'un téléphone ou d'une soudaine combustion. La même année, un blog du Figaro revenait sur une affaire «surmédiatisée» d'iPhones qui implosaient, alors que deux téléphones avaient vu leur vitre cassée à quelques jours d'intervalle, ce qui avait légèrement blessé à l'œil l'un d'entre eux. «Des accidents isolés», selon Apple, alors que la Commission européenne venait d'envoyer «une demande d'informations aux États membres en leur demandant de nous tenir informés de tout développement, en utilisant le système d'alerte Rapex».

Un an plus tard, c'est un câble d'iPhone qui avait pris feu, raconte PCMag qui faisait le lien avec un incident similaire qui s'était produit quelques mois plus tôt.

La loi des séries

En 2011, deux iPhones 4 avaient explosé à quelques jours d'intervalle. Le premier avait eu lieu dans un avion australien reliant Lismore à Sydney. Alors que le propriétaire sentait son téléphone chauffer anormalement, il l'avait vu émettre soudainement une grosse quantité de fumée, alors qu'il virait au rouge. Début décembre, c'était au Brésil, qu'un nouvel incident s'était produit. Alors qu'il était en train de se recharger et que sa propriétaire dormait, l'iPhone avait pris feu, provoquant là encore une large fumée, alors que des étincelles continuaient de sortir de l'appareil.

En 2013, l'explosion d'un Samsung Galaxy S4 avait dû obliger un couple de Hong-Kong à changer d'appartement, le leur étant parti en fumée après qu'un téléphone avait explosé et pris feu, expliquait alors The Register. La publication estimait qu'il était fort probable qu'un appareil non homologué soit coupable dans cette affaire. À peu près au même moment, le site suisse Le Matin rapportait l'histoire du smartphone d'une apprentie peintre en bâtiment de 18 ans qui avait soudainement explosé dans la poche de son pantalon avant de l’enflammer. Mais Samsung n'était pas responsable.

«La batterie utilisée dans le dispositif n’a pas été fournie ou fabriquée par Samsung ou une société agréée par Samsung. Le Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche de Dübendorf, a corroboré cette conclusion», souligne Mirjam Berger, porte-parole de Samsung Suisse.

Un an plus tôt, un propriétaire d'un Galaxy S3 à Dublin était en train de conduire quand il affirme que son téléphone avait soudainement pris feu. Samsung avait pris le problème très au sérieux, et demandé un rapport pour comprendre ce qui s'était passé. Quelques semaines plus tard, on avait appris que l'homme avait en fait passé son téléphone au micro-ondes.

«Face à ce rapport, le propriétaire est revenu sur sa première version bredouillant que son Galaxy S3 était tombé dans l’eau et, pour le sécher, un de ses amis l’aurait mis au micro-ondes.»

Des cas exceptionnels

Le site Mobile Test expliquait par ailleurs que trois mois plus tôt, en mars, «un jeune Coréen a indiqué que sa batterie supplémentaire pour son Samsung Galaxy S2 avait “explosé” dans sa poche arrière. À l'époque, Samsung a déclaré que cela avait été causé par une force extérieure substantielle ou une pression».

En 2014, un ado du Maine, aux États-Unis avait fini à l'hôpital pour soigner ses brûlures après son iPhone 5c avait pris feu dans une des poches arrières de son pantalon, alors qu'elle venait de s'asseoir. En août dernier, c'est un autre iPhone qui avait été responsable de graves brûlures, alors que la batterie avait explosé, ce qui avait fait fondre le téléphone sur la jambe de son propriétaire. Comme le concluait alors justement FranceTVInfo:

«Les batteries au lithium peuvent prendre feu si elles reçoivent un choc. [...] Bien qu'exceptionnel, ce n'est pas la première fois que ce type d'accidents se produit. D'autres marques de smartphones ont déjà été impliquées.»

Et parmi toutes ces marques, beaucoup tiennent souvent à rappeler l'importance d'acheter des produits homologués. Alors ne paniquez pas. Même si ces évènements sont parfois dramatiques, rappelez-vous qu'ils ne touchent qu'un infime pourcentage des appareils en circulation.

Newsletters

La Nouvelle-Zélande s'apprête enfin à décriminaliser l'avortement

La Nouvelle-Zélande s'apprête enfin à décriminaliser l'avortement

Pourtant progressiste concernant les droits des femmes, le pays considère toujours l'IVG comme un crime. Une réforme est en cours d'examen au Parlement pour remédier à la situation.

Deux milliards d'animaux vivants ont été expédiés dans le monde en 2017

Deux milliards d'animaux vivants ont été expédiés dans le monde en 2017

Le commerce mondial d'animaux de ferme est en constante augmentation.

Au Maghreb, des cafés réservés aux femmes font débat

Au Maghreb, des cafés réservés aux femmes font débat

Passer un moment à l'abri de la pression sociale, c'est la promesse faite aux clientes de ces établissements. Deux d'entre eux viennent d'ouvrir dans le nord du Maroc.

Newsletters