Monde

«Ghostwach», le faux documentaire d’Halloween qui a traumatisé l'Angleterre

Temps de lecture : 2 min

Quand les téléspectateurs sont persuadés de regarder la réalité, alors que tout n'est que fiction...

Vous avez probablement déjà entendu parler de l'histoire autour de La Guerre des Mondes et de son adaptation radio diffusée par Orson Welles le 30 octobre 1938, qui aurait causé un vent de panique un peu partout aux États-Unis, alors que les Américains étaient persuadés d'entendre un vrai journal et s'attendaient à l'arrivée des extraterrestres. Si cette histoire relève plus de la légende urbaine que des faits, il y a bien une autre histoire fausse qui a traumatisé une population. Pour de vrai.

Le site Mental Floss revient dans un article passionnant et détaillé sur un faux documentaire diffusé le 30 octobre 1992 sur la BBC.

«Après avoir déclenché plus de 20.000 appels, un accouchement, et des milliers de lettres enragées, l'équivalent du CSA britannique a convoqué une audition. Le 27 juin 1995, ils ont déterminé que les producteurs de “Ghostwatch”, avait délibérément “cultivé une sensation de menace”. En d'autres termes, la BBC avait été reconnue coupable d'avoir fait bien flipper onze millions de personnes.»

Ce soir-là, la chaîne britannique avait diffusé un mockumentaire sur une famille vivant dans une maison apparemment hantée où un fantôme refusait de partir et terrorisait la famille. Histoire de faire les choses bien, les producteurs avaient fait venir des animateurs familiers pour présenter le programme, et seul un des crédits indiquait que l'émission avait été écrite par un scénariste.

Au fur et à mesure de la soirée, on apprenait que Pipes (le nom du fantôme) était en fait probablement celui d'un homme dérangé, lui-même hanté par le fantôme d'un tueur d'enfants du XIXe siècle. Au fur et à mesure, Pipes devient plus effrayant et dangereux, jusqu'à ce qu'une présentatrice «disparaisse dans le vide sanitaire sous les escaliers pendant qu'un expert en paranormal annonçait que les téléspectateurs venaient d'assister à une séance de spiritisme collective qui venait d'enhardir un peu plus Pipes. À la fin de l'émission, Michael Parkinson, un présentateur alors en studio était apparemment possédé par l'esprit du fantôme».

Autant dire que tout le monde n'a pas bien vécu cette histoire, visiblement persuadé que ce qui venait de se passer était réel. Quelques heures plus tard, la BBC prévient ses téléspectateurs que tout ceci était fiction. Trop tard. Tout le monde tombe sur la chaîne britannique –dont ses propres experts– et l'émission doit faire face aux conséquences sur son ambigüité.

Dix-huit mois après, un rapport publié dans le British Medical Journal évoque deux cas de stress post-traumatique chez des enfants de 10 ans à cause de cette émission. D'autres médecins évoquent eux aussi des cas similaires. Plus grave, un jeune adulte se suicide quelques jours après, et ses parents accusent «Ghostwatch» d'avoir joué un rôle.

L'émission annonçait en un sens le succès à venir de programmes similaires, comme Le Projet Blair Witch ou Paranormal Activity.

«Si ces films n'ont pas eu pour autre conséquence que des envies de vomir chez certains spectateurs, “Ghostwatch” a parfaitement combiné la crédibilité de la BBC avec une histoire de fantômes efficace pour créer une expérience que l'on ne dupliquera probablement jamais. Non pas que la BBC veuille la recréer. Depuis sa première diffusion, le programme n'a jamais été rediffusé au Royaume-Uni.»

Slate.fr

Newsletters

L'Union européenne sera-t-elle la grande gagnante du Brexit? (C'est bien possible)

L'Union européenne sera-t-elle la grande gagnante du Brexit? (C'est bien possible)

La Grande-Bretagne est en train de perdre la bataille idéologique et économique contre une Europe qui ne s'est jamais sentie aussi forte.

Le culte de Breivik

Le culte de Breivik

L’auteur de la tuerie d'Utøya est devenu une icône pour toute une génération de terroristes d’extrême droite.

Il est arrêté à l'aéroport avec un orang-outan dans sa valise

Il est arrêté à l'aéroport avec un orang-outan dans sa valise

Ce touriste russe, en voyage en Indonésie, transportait aussi deux geckos et cinq lézards.

Newsletters