Lévi-Strauss, le «penseur des mondes perdus»

Slate.fr, mis à jour le 04.11.2009 à 17 h 01

Claude Lévi-Strauss, wikipédia

Claude Lévi-Strauss, wikipédia

«Le siècle Lévi-Strauss» titre aujourd'hui Libération, qui consacre un dossier de huit pages au plus grand anthropologue du siècle passé, mort vendredi 30 octobre à l'âge de cent ans.

L'empreinte Lévi-Strauss sur le siècle est immense, sur les sciences humaines, sur l'anthropologie, l'ethnologie, la philosophie, la psychanalyse, même les arts. «On pense à de curieuses oppositions, écrit Robert Maggiori: la femme et l'argile, les excréments et les météores, le cru et le cuit, le bambou et la liane... Mais, comme le refrain d'une chanson qu'on a dans la tête, cela paraît dérisoire devant le monument que représente Claude Lévi-Strauss, dont l'oeuvre depuis plus d'un demi-siècle appartient au patrimoine mondial des sciences humaines.»

Maggiori écrit surtout: «On dit de Lévi-Strauss ce qu'on dit des plus grands: qu'il n'a pas apporté une réponse supplémentaire, aussi neuve soit-elle, aux questions qui étaient posées, mais qu'il a changé les questions, découvert un autre continent, réalisé une «révolution copernicienne».

Libération raconte aussi ce voyageur, qui, aux explorations, préféra vite les bibliothèques, cet ami de Merleau-Ponty qui intimidait Simone de Beauvoir, ce jeune sociologue débarqué au Brésil et aidé par Fernand Braudel, cet enquêteur à la découverte des Indiens caduveo et bororo, pour qui l'ethnologie est une découverte fondamentale: «comme histoire qui rejoint par ses deux extrêmités celle du monde et la mienne, elle dévoile du même coup leur commune raison...Elle réconcilie mon caractère et ma vie.»

Libération republie aussi une passionnante interview de 1983 et les témoignages de deux disciples.

Au Brésil, l'annonce de la mort de Claude Lévi-Strauss a occupé une bonne partie du 20H hier sur la chaîne principale, et la presse est revenue largement dessus. Le quotidien de Rio, O Globo lui rend hommage: son aura était immense au Brésil, dont il avait déclaré en 2005, que ça avait été «l'expérience la plus importante» de sa vie. Le journal rapporte des témoignages de ses anciens élèves qui racontent que «ses cours étaient un vrai show». Une grande interview de Caetano Veloso, l'un des musiciens les plus populaires au Brésil, qui a cité Lévi-Strauss dans certaines de ses chansons.

La Folha de Sao Paulo raconte qu'il a participé activement au processus de consolidation de la fac USP et qu'il à été très important pour les relations franco-brésiliennes.

[Lire les articles de Libération en ligne (zone abonnée) ou acheter Libération - ou acheter Tristes Tropiques]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Claude Lévi-Strauss, wikipédia
Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte