Culture

Le concert de Dylan qui précéda la victoire d'Obama

Temps de lecture : 2 min

Bob Dylan, wikipédia
Bob Dylan, wikipédia

Il y a un an, le 4 novembre 2008, le critique rock Greil Marcus, spécialiste de la culture underground, assistait, à Minneapolis, à un concert de Bob Dylan. C'était ce même soir que Barack Obama était élu président des Etats-Unis. Greil Marcus raconte à Mediapart.

Bob Dylan avait déjà joué à Minneapolis, mais jamais sur le campus de son ancienne université. «Tout le monde avait le sentiment qu'il y avait là quelque chose d'historique, et que quoi qu'il arrive cela prendrait un sens particulier.» Ce n'était pas le plus beau concert de Bob Dylan, selon Marcus, mais toutes les chansons ont pris un sens particulier, nouveau.The Times they are a changin, explique-t-il, ainsi que Blowin in the wind ont été jouées avec «un sentiment de calme, d'incertitude, sans le moindre sentiment de triomphe, avec un sentiment d'inquiétude et de regret.»

Tous savaient qu'Obama serait élu ce soir-là, dit Marcus, mais Dylan a transformé cette nuit d'espoir et d'anticipation en une nuit d'intensité dramatique. Une soirée parfaitement synchronisée pour que le dernier rappel de la dernière chanson se fasse quelques minutes avant l'annonce des résultats. Tous les gens assistant au concert se sont alors retrouvés face à un immense écran pour écouter le présentateur annoncer la victoire d'Obama. Et tout le monde s'est mis à pleurer, de même que Marcus — de même qu'il pleure encore en le racontant.

[Voir la vidéo]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Image de une: Bob Dylan, wikipédia

Newsletters

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

«Harry Potter» est-elle une saga sexiste?

Depuis leur publication, les livres de J. K. Rowling font partie des lectures préférées des enfants. Mais ils semblent davantage renforcer les stéréotypes de genre que les renverser.

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

«Irradiés», terrible et tendre incantation fatale

Avec son dispositif visuel inhabituel, le film de Rithy Panh met en scène de manière bouleversante des visions des massacres du XX​e siècle comme questionnement inquiet d'une pulsion de mort de l'espèce humaine tout entière.

En Chine, le film «Fight Club» n'a pas du tout la même fin

En Chine, le film «Fight Club» n'a pas du tout la même fin

Le plan de Tyler Durden n'était pas franchement en phase avec l'idéologie du PCC.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio