Culture

Le concert de Dylan qui précéda la victoire d'Obama

Temps de lecture : 2 min

Bob Dylan, wikipédia
Bob Dylan, wikipédia

Il y a un an, le 4 novembre 2008, le critique rock Greil Marcus, spécialiste de la culture underground, assistait, à Minneapolis, à un concert de Bob Dylan. C'était ce même soir que Barack Obama était élu président des Etats-Unis. Greil Marcus raconte à Mediapart.

Bob Dylan avait déjà joué à Minneapolis, mais jamais sur le campus de son ancienne université. «Tout le monde avait le sentiment qu'il y avait là quelque chose d'historique, et que quoi qu'il arrive cela prendrait un sens particulier.» Ce n'était pas le plus beau concert de Bob Dylan, selon Marcus, mais toutes les chansons ont pris un sens particulier, nouveau.The Times they are a changin, explique-t-il, ainsi que Blowin in the wind ont été jouées avec «un sentiment de calme, d'incertitude, sans le moindre sentiment de triomphe, avec un sentiment d'inquiétude et de regret.»

Tous savaient qu'Obama serait élu ce soir-là, dit Marcus, mais Dylan a transformé cette nuit d'espoir et d'anticipation en une nuit d'intensité dramatique. Une soirée parfaitement synchronisée pour que le dernier rappel de la dernière chanson se fasse quelques minutes avant l'annonce des résultats. Tous les gens assistant au concert se sont alors retrouvés face à un immense écran pour écouter le présentateur annoncer la victoire d'Obama. Et tout le monde s'est mis à pleurer, de même que Marcus — de même qu'il pleure encore en le racontant.

[Voir la vidéo]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Bob Dylan, wikipédia

Newsletters

«Ça me rappelle Woodstock»: mais qui sont ces vieux que vous croisez en festival électro?

«Ça me rappelle Woodstock»: mais qui sont ces vieux que vous croisez en festival électro?

Pourquoi ne pourrions-nous pas faire la fête jusqu'à la fin de notre vie? Si la musique électronique est victime d'un sacré paquet de clichés, les plus de 65 ans aussi.

Quatre lumières tamisées pour le début de l'automne

Quatre lumières tamisées pour le début de l'automne

«La Voix d'Aïda» de Jasmila Žbanić, «Tout s'est bien passé» de François Ozon, «La Troisième Guerre» de Giovanni Aloi et «Stillwater» de Tom McCarthy attirent l'attention parmi les pléthoriques sorties de la semaine.

De quelles personnes réelles Proust s'est-il inspiré pour écrire «La Recherche»?

De quelles personnes réelles Proust s'est-il inspiré pour écrire «La Recherche»?

La publication d'inédits est l'occasion de revenir sur les origines du chef-d'œuvre de Marcel Proust et la transposition fictionnelle de son entourage.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio