Partager cet article

Partir à l’étranger: préparez bien votre expatriation!

Moving World Artwork, Heathrow Terminal 5, London. / Jim Linwood via Flickr CC Licence By

Moving World Artwork, Heathrow Terminal 5, London. / Jim Linwood via Flickr CC Licence By

Comment transformer un rêve en réalité? Quelques conseils pratiques pour réunir les bonnes informations et bien préparer son expatriation.

 

CONTENU RECOMMANDE - On connait tous cet ami d’ami qui est parti refaire sa vie en Australie. Qui a plaqué la grisaille et son travail aux trente-cinq heures pour se la couler douce au soleil à vendre ponctuellement des fruits pour payer ses pintes. Et on s’est tous pris à regarder une carte du monde - celle punaisée dans les toilettes de votre colocation - en se disant: «et si moi aussi je tentais ma chance ailleurs?»

Partir à l’étranger est un rêve à portée de main - pour ne pas dire de clic. En 2015, ils étaient plus de 1 700 000 Français à vivre hors de nos frontières selon l’Union des Français à l’Etranger. Avant de prendre votre billet d’avion sans retour, il est impératif d’avoir les bons réflexes et, surtout, de collecter les bonnes informations!

Nous avons réuni quelques conseils pratiques pour vous aider à concrétiser vos envies d’ailleurs dans la sérénité.

Etudiants: le monde s’offre à vous!

«Je partirai ! Steamer balançant ta mâture, Lève l'ancre pour une exotique nature!» exhorte le poète Stéphane Mallarmé dans Brise Marine. Mais avant de lever l’ancre, mieux vaut déjà choisir quel type d’expatriation vous convient le mieux.

Si vous êtes étudiants, rien de plus simple que de vous renseigner sur les accords d’échanges universitaires de votre établissement. La plupart des écoles et universités proposent des séjours en Europe via l’agence Erasmus ou contractent leurs propres modalités d’échanges - parfois obligatoires dans le cursus. Vous bénéficiez généralement d’un accompagnement administratif de votre établissement pour organiser votre départ.

Vous pouvez aussi vous inscrire de façon indépendante dans des universités à l’étranger, notamment dans les programmes de langue réservés aux étudiants internationaux. Les frais d’inscription et les procédures de visa sont alors à votre charge, mais un semestre à Bangkok en mobilité individuelle pour apprendre le thaï est une expérience aussi enrichissante que dépaysante.

Travailler à l’étranger: bien choisir sa destination

Que vous soyez ou non étudiant et si vous avez entre 18 et 28 ans, vous pouvez prétendre à un Volontariat International en Entreprise (VIE) ou Volontariat International en Administration (VIA) pour des missions de six à vingt-quatre mois. Cela peut-être l’occasion de découvrir une nouvelle culture et un nouveau pays sans pour autant vous engager sur le long terme.

Il vous est tout à fait possible de décrocher un contrat à l’étranger ou de vous installer comme free-lance. Dans le cas de ces expatriations plus durables, il est important de se poser les bonnes questions pour choisir sa destination: quelles langues dois-je parler pour travailler dans ce pays? Est-ce que je souhaite rentrer fréquemment en France? Mon entreprise est-elle prête à prendre en charge mes frais de transports? etc,…

On ne part pas vivre à Madrid comme on part à Tokyo!

Gérer l’administratif et se créer un réseau

«S’installer hors de France est une corvée administrative», soupirent certains. Ou peut-être faut-il juste s’organiser. Le site Je pars à l’étranger vous indique la liste des démarches à effectuer, du permis de séjour aux formalités bancaires (ouverture de compte en ligne, virements internationaux, frais de retrait en devise nationale,…). A noter pour 2017: ne pas oublier de vous inscrire sur la liste électorale consulaire ou de préparer une procuration pour être sûr de pouvoir voter!

Avant de prendre votre avion, vous pouvez d’ores et déjà commencer à vous créer un réseau dans votre futur pays d’adoption. Sur Facebook par exemple, des groupes recensent généralement les Français résidant dans une même ville, ce qui peut se révéler utile pour échanger des informations. Les Alliances Françaises et Instituts Français proposent également une foule d’activité et d’événements sur place qui vous permettront de sympathiser avec vos compatriotes et de ne pas vous sentir trop dépaysé.

Prêts pour l’aventure?

 

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte