Tech & internet

Le FBI cherche (encore) à déverrouiller un iPhone

Temps de lecture : 2 min

L'agence fédérale américaine est à nouveau bloquée.

Apple iPhone 6 | Kārlis Dambrāns via Flickr CC License by
Apple iPhone 6 | Kārlis Dambrāns via Flickr CC License by

Huit mois après, le combat FBI/Apple pourrait bien reprendre. Wired raconte que, «le FBI a entre ses mains un nouvel iPhone verrouillé qui a appartenu à un autre terroriste décédé. Ce qui signifie qu'ils viennent peut-être de poser les bases d'une nouvelle épreuve de force face à Apple».

Le smartphone est cette fois-ci celui de Dahir Adan, l'homme qui a blessé dix personnes en les poignardant dans un centre commercial du Minnesota, avant d'être abattu par la police. Comme pour Syed Farook, l'accès à son téléphone est bloqué par un code que le FBI ne connaît pas, et l'agence indique «être en train d'évaluer [ses] options techniques et légales pour avoir accès à l'appareil et aux données qu'il pourrait contenir».

En clair, comme l'indique The Verge, «on ne sait pas si le FBI va essayer de forcer Apple à déverrouiller le téléphone, mais l'agence ne l'a pas écarté».

Comme dans le cas du smartphone de Farook, deux problèmes se posent pour les agents fédéraux: le premier c'est que plus vous effectuez de tentatives infructueuses, plus le temps d'attente entre deux essais augmente, ce qui ralentit la recherche. Le deuxième —beaucoup plus problématique— c'est qu'Apple permet la suppression des données contenues dans le téléphone, passé la dixième mauvaise combinaison. Impossible de savoir cependant si Dahir Adan avait activé cette fonctionnalité.

En février dernier, Apple avait refusé de coopérer, ce qui avait lancé un énorme conflit entre l'entreprise et l'agence fédérale. L'entreprise américaine refusait notamment de le faire par peur de créer un précédent, qui amènerait le gouvernement américain à lui demander de l'aide à chaque fois qu'il fait face à un smartphone déverrouillé, voire permettrait à certains pays d'en faire de même.

Un peu plus d'un mois plus tard, le FBI avait finalement annoncé avoir trouvé un moyen pour pénétrer dans l'iPhone du terroriste de San Bernardino, et avait subitement laissé Apple tranquille. L'agence fédérale s'était tournée vers une entreprise israélienne, mais la technique n'a jamais été divulguée, et pourrait ne pas fonctionner avec des modèles plus récents, que l'iPhone 5c sous iOS 9 de Farook. (On ne connaît cependant pas le modèle du smartphone étudié actuellement par l'agence américaine). Alors comme l'indique Wired:

«Comme dans le cas de Farook, accéder à l'un des appareils électroniques d'un terroriste lié à l'EI risque de dépendre de la version du hardware et du logiciel d'Apple qu'il utilisait. Si Adan avait un iPhone acheté il y a moins de deux ans, et que le FBI est déterminé à avoir accès aux données contenues à l'intérieur, le gouvernement américain risque de se trouver à nouveau en désaccord avec la plus grosse entreprise de technologie du monde.»

Slate.fr

Newsletters

Les prochaines élections américaines se passeront-elles de vote électronique?

Les prochaines élections américaines se passeront-elles de vote électronique?

Responsables politiques et spécialistes de la cybersécurité prônent un retour au papier.

Huawei veut créer l’anti-Google Maps

Huawei veut créer l’anti-Google Maps

Son service va être dévoilé en octobre, mais ne s'adressera pas directement au public.

Des youtubeurs LGBT attaquent YouTube pour discrimination

Des youtubeurs LGBT attaquent YouTube pour discrimination

La plateforme démonétise et restreint l'accès des vidéos proposant des contenus LGBT+, les considérant par défaut comme «inappropriées» et «sexuellement explicites».

Newsletters