Partager cet article

Zemmour ne défend pas le terrorisme, il espère la vraie guerre!

Eric Zemmour à Paris le 12 janvier 2015. AFP PHOTO / JOEL SAGET

Eric Zemmour à Paris le 12 janvier 2015. AFP PHOTO / JOEL SAGET

Eric Zemmour est accusé d'apologie de terrorisme après des propos tenus dans Causeur. Explication de texte.

Cela faisait un trop court moment que cette engeance, Zemmour, n’était pas venu polluer notre déclin. A le feuilletonner, on s’imprègne de son verbe bête et de son âme mauvaise. C’est peut-être une erreur, certainement une tristesse. Il faudrait ne lire que les lettres d’amour de François Mitterrand. Hélas, le bruit est là, et son cortège d’idées fausses. L’imbécile, car c’en est un, est allé parler au mensuel Causeur, ce qui ne devrait pas bouleverser la planète. Il a dit ceci.

«Moi, je prends lislam au sérieux, je ne le méprise pasJe ne pense pas que les djihadistes soient des abrutis ou des fous. Au sommet, il y a des théologiens qui appliquent exactement leur idéologie coranique et légitiment tous leurs actes par des sourates ou des actes du prophète. Et je respecte des gens qui meurent pour ce en quoi ils croient –ce dont nous ne sommes plus capables.»

Et son interlocuteur s’étonnant que le défenseur des Français puissent trouver respectable qu’on les assassine, il poursuit.

«Pardon de vous chagriner, mais l'Histoire c'est ainsi, des innocents meurent parce qu'ils sont dans le mauvais camp, ou au mauvais endroit au mauvais moment. Quand des gens agissent parce quils pensent que leurs morts le leur demandent, il y a quelque chose de respectable. Et en même temps de criminel et de mauvais, cest ainsi, les humains sont complexes. Donc combattons-les, mais arrêtons de les mépriser.»

Depuis, du bruit, et peut-être le tribunal pour Zemmour, pour «apologie du terrorisme», comme le souhaite une avocate de victimes de Daesh, et tant de gens qui rêvent qu’un jugement magique les débarrassé de cet homme devenu leur cauchemar. Les innocents. Il est absolument stupide d’imaginer que ce procès puisse servir à quoi que ce soit. Zemmour est installé au coeur d’un fascisme français transmuté et métastasé, qui convainc plein de gens et en abuse d’autres, et aller l’expédier au tribunal ne lui fera rien perdre. Au surplus, il ne défend pas le terrorisme, la belle affaire. Il n’est pas passé chez Daesh, l’employé de RTL, du Figaro et de Paris Première! Les mots «criminel» et «mauvais» qu’il emploie suffiront d’ailleurs à le dédouaner. C’est de la raison ou d’une prise de conscience, de son public, qui sait, ou de ceux qui le font vivre et parler, allez savoir, que viendra la différence. Qu’ils admettent ce qu’est cet homme, et ensuite assument, ou rompent.

Donc, puisqu’il s’agit de Causeur, relisons Zemmour. Il ne masque rien.

Pour zemmour, le terrorisme djihadiste est la suite de l’Islam, sa poursuite naturelle, sa logique même

1/ «Moi, je prends l’islam au sérieux, je ne le méprise pas! Au sommet, il y a des théologiens qui appliquent exactement leur idéologie coranique et légitiment tous leurs actes par des sourates ou des actes du prophète.» Pour Zemmour, le terrorisme djihadiste est la suite de l’Islam, sa poursuite naturelle, sa logique même.

2/ «Et je respecte des gens qui meurent pour ce en quoi ils croient - ce dont nous ne sommes plus capables.» Pour Zemmour, «nous», la France, sommes en guerre contre l’islam, et lui seul le sait, puisque nous l’ignorons, naïfs que nous sommes, qui ne voulons plus mourir pour nos idées. Eux le veulent. Ce sont, pour Zemmour, de valeureux adversaires, dans l’affrontement qu’il théorise. «Quand des gens agissent parce quils pensent que leurs morts le leur demandent, il y a quelque chose de respectable.» Ainsi Richard Coeur de Lion devait chevaleresquement respecter Saladin. Ou Godefroy de Bouillon ceux que ses croisés hachaient menu dans la prise de Jérusalem.

3/ «Pardon de vous chagriner, mais l'Histoire c'est ainsi, des innocents meurent parce qu'ils sont dans le mauvais camp, ou au mauvais endroit au mauvais moment.» Zemmour se fout royalement des gens. Il se fout des africains qui se noient comme des niçois qu’un camion broie, comme il se foutait dans d’autres circonstances des juifs étrangers que Vichy offrait aux allemands, d’ailleurs. Il n’est pas de l’humanité bêlante, mais des idées et des forces supérieures. Il sait, au-dessus des mortels, nietzschéen à la mie de pain, y compris ceux qui sont assez stupides pour le lire ou le nourrir.

Il sait quoi, Zemmour? Il «sait» que le grand massacre arrive. Il «sait» que la guerre doit venir. Il «sait» que Daesh n’est pas Daesh mais la logique même de l’Islam. Il souhaite que nous menions cette guerre. Cette guerre non pas contre Daesh, mais contre l’Islam. Et oui bien sur, contre l’Islam qui est en nous. Chez nous. Au coin de la rue, Eric?

Cela fait des années qu’il professe cette idée, qu’il l’appelle de ses voeux, qu’il assène qu’il y aura la guerre ici, entre deux peuples irréductibles l’un à autre, et la violence dans les quartiers ne serait que les premières escarmouches de l’embrasement général. Il l’a dit, écrit, répété, prêché, jusque dans un roman publié en 2008, Petit frère, inspiré d’un fait-divers horrible, (l’assassinat d’un DJ juif par son ami d’enfance musulman) dans lequel Zemmour voyait la preuve de l’apocalypse. Les islamophobes avaient adoré, déjà.  D’aucuns y verront un texte prémonitoire, et frémiront de cette scène qui suit l’assassinat.

«Après avoir poussé son "je suis content qu'il est mort cet enculé", ce bâtard s'il est mort je suis trop content ce putain de Juif, sale Juif. Qu'Allah me bénisse!» comme un cri de guerre, un soulagement aussi, il répondit à leurs questions avec une sérénité, une aisance stupéfiantes. Il se sentait tranquille, libéré. Il avait rempli sa mission. Désormais, son destin était entre les mains de Dieu. Parfois, il plongeait furtivement dans son Coran, parcourait quelques lignes d'une page ouverte au hasard. Il ne déchiffrait l'arabe encore qu'à grand-peine. Mais il ne cherchait pas une inspiration; il souhaitait seulement une protection renouvelée. Allah l'avait inspirée, le mot s'imposait à lui comme une évidence. Allah l'avait guidé, conduit; il n'avait été que Son bras armé. Mais comment l'expliquer à ces mécants de policiers?»

L’âge de Zemmour est le nôtre

C’est ce qu’il pense, Zemmour. Il n’en cache rien. Il ne fait pas l’apologie du terrorisme. Il appelle à d’autres violences, celles que nous pourrons perpétrer, nous-mêmes, contre l’ennemi musulman. Zemmour a soif de sang, parce que l’histoire nous y conduit, et un jour, nous saurons mourir nous aussi. Il y aura contribué.

Lire Zemmour pour ce qu’il est, c’est se replonger dans le «Viva la Muerte» des fascistes de la Guerre civile espagnole. C’est baigner dans les appels au sang qui ont ponctué notre histoire. Déroulède de notre croisade à venir, Simon de Montfort de notre prochaine fraiche et joyeuse, quand les mahométans paieront?

Zemmour s’ennivre de lui-même, sur RTL ou dans Causeur

Évidemment, ce gringalet ne posera aucune bombe, cette poitrine creuse ne fera pas le coup de feu. Il s’ennivre de lui-même, sur RTL ou dans Causeur. Il exhorte les foules politiques au sursaut. On en a connu d’autres, avant, de ces petits messieurs dont le sang aigre s’échauffait à l’idée de la charpie humaine. Ils gagneront? Ils gagnent?

Beaucoup, savez-vous, et j’en connais, de gens doux et bien éduqués, certains dans les couloirs des maisons qui l’emploient, prennent ce pathétique pour une sorte de prophète, j’ai déjà entendu le mot. Croyez-vous vraiment, bonnes consciences lassées, qu’un tribunal vous rendra le calme et la paix? Il faut vivre avec cela, l’âge de Zemmour est le nôtre; et plaider et espérer, rompre tout commerce avec ce qu’il est, abdiquer toute illusion, en attendant que la raison revienne aux hommes de France. En attendant, lire des poèmes, si on ne supporte plus le bruit.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte