France

Faites votre deuil sur le net

Slate.fr, mis à jour le 02.11.2009 à 12 h 58

«Puisque nos vies sont de plus en plus publiques, pourquoi nos morts ne le seraient-elles pas, après tout?» s'interroge Télérama qui explique cette semaine comment le web transforme notre façon de faire nos deuils.

Le réseau social Facebook par exemple, ne supprime jamais la page d'un utilisateur à sa mort. On peut continuer de commenter le profil du défunt, voire présenter des condoléances sur son mur... Numérama explique le fonctionnement de la page d'un mort: les profils sont «immortalisés». Sur le blog officiel de Facebook, le procédé est justifié comme reflétant la rélalité: un mort ne sort pas de nos mémoires, il ne doit pas être évincé de la toile non plus. «Nous avons eu l'idée de ces profils "immortalisés", comme un endroit où les individus pourraient revoir leurs proches disparus et partager leurs souvenirs».

Plus encore, sur Facebook, on pense même aux difficiles moments que les proches peuvent traverser: «Par exemple, nous avons introduit la semaine dernière de nouvelles suggestions qui apparaissent sur le côté droit de la page d'accueil et rappelle aux internautes de ne pas hésiter à rentrer en contact avec les amis qui ont parfois besoin d'aide sur Facebook.»

Certains pourraient trouver cela morbide; Télérama souligne que les utilisateurs de Facebook sont «très positifs – 2 225 personnes disent «aimer ça».» 2225 personnes, c'est en réalité un chiffre dérisoire sur les 300 millions d'utilisateurs du site.

Les politiques dépendent des différents sites, explique le Time. MySpace bloque les accès au compte du défunt, et inclue un certain nombre de restrictions pour voir le profil. Un entrepreneur inspiré a d'ailleurs créé MyDeathSpace.com, qui avait commencé par agréger des profils d'utilisateurs morts de MySpace, avant de devenir un tabloïd morbide.

Les sites funéraires voient aussi leur popularité augmenter. Ces sites permettent notamment de créer une page pour célébrer la mémoire de quelqu'un, «que ce soit un membre de sa famille, un ami, un chien ou une célébrité,» souligne Télérama. L'hebdomadaire précise: «Dans cette catégorie, le site français le plus connu est lecimetière.net, "premier cimetière virtuel où l'on peut déposer des fleurs avec un message", et où (super !) "comme les vraies, elles fanent au bout de quelques jours".»

[Lire l'article complet sur Télérama]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Moggs oceanlane's Flickr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte