Tech & internet

Les applications qui recueillaient vos secrets ont été vite oubliées

Temps de lecture : 2 min

Alors que l'on parlait beaucoup d'elles il y a deux ans, la tendance semble prendre fin aujourd'hui.

Phone | Alexandra E Rust via Flickr CC License by
Phone | Alexandra E Rust via Flickr CC License by

Deux ans après, qui utilise encore Secret, Whisper ou même Yik Yak? Plus grand monde à en croire un article du Washington Post qui revient en longueur sur ces applications anonymes qui vous encourageaient à partager vos secrets et qui ont soit abandonné l'anonymat (comme Yik Yak) soit abandonné tout court (comme Secret).

«Sur les 25 applications listées dans un guide du New York magazine sur cette tendance qui a connu son apogée en 2014, 22 sont inactives aujourd'hui. Et selon App Annie, une entreprise spécialisée dans ce domaine, même celles qui existent toujours ont perdu des utilisateurs, leur lancée et des investissements.»

Pas si surprenant. Au début de l'année 2015 déjà, des adolescents racontaient être passés à autre chose. «Comme les tamagotchis [...], les applications anonymes étaient in, puis sont devenus has-been», résumait alors la présentatrice d'un podcast qui avait consacré son épisode à ce que l'on pouvait trouver dans le téléphone d'un ado.

Plus généralement, le Washington Post raconte que c'est ce qui a attiré les gens sur ces applications au départ, comme le fait de ne pas pouvoir être identifié, qui est aujourd'hui en train de causer leur perte. En plus des différents problèmes qui ont poussé de nombreuses personnes à quitter ces applications, cet anonymat qui est censée encourager l'intimité offre souvent l'effet inverse: «Sans une identité à laquelle se rattacher, les utilisateurs ne forment généralement pas le type de relations qui les fait revenir sur l'application.»

«Une analyse académique réalisée tôt sur le comportement sur Whisper avertissait que puisqu'ils avaient tendance à n'interagir qu'avec des inconnus, les utilisateurs formaient des “liens faibles”. Résultat, selon le vice-président d'App Annie, les téléchargements et les taux d'engagement ont décimé la catégorie des app de réseaux sociaux anonymes et ont été remplacés par d'autres comme Snapchat, qui gardent les noms des utilisateurs, en les laissant jouer avant leurs identités.»

C'est ce qui explique notamment, pourquoi Yik Yak, l'un des derniers survivants de cette tendance, a décidé d'abandonner l'anonymat pour se lancer au moins dans le pseudonymat, et encourager ses utilisateurs à créer un profil et à le relier à leurs comptes Facebook, Twitter.

Newsletters

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

Cinquante-deux ans plus tard, IBM présente ses excuses pour avoir licencié une femme trans

En août 1968, l'ingénieure en informatique Lynn Conway était virée en dépit de son travail prometteur et reconnu.

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Nos métiers, quand internet et le télétravail n'existaient pas

Avec la généralisation du télétravail, on oublie encore un peu plus à quoi ressemblaient nos métiers avant internet.

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

Facebook certifie supprimer 95% des discours de haine avant qu’ils ne soient visibles

L'entreprise s'est beaucoup améliorée pour empêcher la haine de se manifester. Mais les modérateurs sont mécontents d'être poussés à retourner au bureau.

Newsletters