Monde

Les révélations sur les impôts de Trump, première «surprise d'octobre» de la campagne

Temps de lecture : 4 min

Les six raisons pour lesquelles la polémique ne risque pas de s'évanouir de sitôt.

Image extraite d'un reportage de CNN sur la polémique sur l'imposition de Trump.
Image extraite d'un reportage de CNN sur la polémique sur l'imposition de Trump.

Le New York Times a publié, dimanche 2 octobre, un de ces articles qui peuvent fondamentalement changer le cours d’une élection présidentielle en racontant que Donald Trump pourrait bien ne pas avoir payé d’impôts sur le revenu depuis au moins 18 ans. Il n’est donc pas étonnant que l’on parle de la première «surprise d'octobre» de ce cycle électoral, car il existe de nombreuses raisons pour lesquelles ces révélations pourraient porter un coup dévastateur au candidat républicain. Voici les principales.

1Clinton avait manifestement raison quand elle disait que Trump avait quelque chose de «terrible» à cacher

Au cours du débat du 26 septembre, Hillary Clinton a avancé plusieurs raisons pour lesquelles Donald Trump pourrait refuser de diffuser sa déclaration d’impôts. Mais quelles qu’en soient les raisons, concluait-elle, cela ne devait pas être joli. «Je pense que s’il n’est pas très pressé que le reste de notre pays connaisse les vrais raisons de son refus, c’est sans doute parce qu’il tente de dissimuler quelque chose de très important et peut-être même de terrible», avait dit la candidate démocrate. L’article du New York Times donne du poids à ces paroles.

2.Un sens des affaires? Quel sens des affaires?

Un des éléments essentiels du discours de Trump sur les raisons pour lesquelles il devrait être président, c’est qu’il est un grand homme d’affaires qui a amassé des sommes considérables d’argent au fil des années. Il a promis de faire profiter la Maison-Blanche de son flair en ce domaine. Mais la déclaration d’impôts révélée par le New York Times, qui démontre qu’il a perdu presque un milliard de dollars en un an, donne raison à ceux qui proclament que Trump n’est pas un aussi grand businessman qu’il le prétend et que les contrats qu’il a pu conclure ont eu des conséquences terribles pour de très nombreuses personnes.

La campagne de Clinton a déjà évoqué la chose dans son premier communiqué de presse sorti après la publication de l’article du New York Times, en déclarant que ce dernier «révèle la nature colossale des échecs économiques de Donal Trump». Clinton pourrait aller plus loin encore et aller chatouiller Trump en disant que c’est un homme d’affaires raté lors du prochain débat, et nous savons tous à quel point il déteste cela. Comme Jacob Brogan de Slate.com l’a écrit sur Twitter: «Trump dit qu’il ne paie pas d’impôts parce qu’il est malin, mais en fait, il n’en paie pas parce qu’il est l'un des pires hommes d’affaires de l’histoire.»

3.Trump n’est lui aussi qu’un de ces gros bonnets qui tirent parti d’un système qui écrase les Américains moyens

Une des choses qui ont séduit de nombreux Américains chez Trump, c’est qu’il dénonce les gens de Washington bénéficiant de gros avantages par rapport à l’Américain moyen, qui finit toujours lésé. Mais l’article du New York Times suggère que Trump fait lui aussi partie de cette clique de Washington qui sait utiliser le système pour son propre profit. Les spécialistes de la fiscalité peuvent bien raconter (ce qu’ils font) que rien de ce qu’a fait Trump n’est illégal: cela ne compte guère quand Clinton peut en tirer profit en disant qu’un homme qui se présente comme un des hommes d’affaires les plus riches de la planète n’a pas payé d’impôts sur le revenu alors que tant de familles qui travaillent dur et peinent à joindre les deux bouts s’en sont acquittées.

4.Il a refusé de donner de l'argent à des œuvres

Au beau milieu de l’article du New York Times, on peut lire cette petite pépite qui se niche au cœurs des trois pages de l’avis d’imposition de Donald Trump pour l'année 1995. «M. Trump a décliné la possibilité de contribuer au fonds du Mémorial des vétérans du Vietnam du New Jersey, au Fonds de conservation de la faune du New Jersey ou au Fonds pour l’enfance. Il a également refusé de donner un dollar pour contribuer au financement public de l’élection du gouverneur du New Jersey.» Le New York Times n’ayant pas analysé l’avis fédéral d’imposition du candidat, il est impossible de dire combien il a pu donner à des œuvres. Mais son refus de donner de l’argent à ces œuvres de charité va permettre à Clinton de dire que Trump ne se soucie que de lui-même.

5.Cette histoire ne va pas s'arrêter là

Le refus de Trump de publier ses déclarations d’impôts pèse sur sa campagne depuis des mois. L’attention portée à ce sujet ne peut que s’intensifier. Et pas seulement parce qu’il est le seul candidat, depuis quarante ans, à refuser de publier son avis d’imposition, mais aussi parce qu’il n’a cessé de changer d’avis sur le sujet. Au cours des primaires, il avait promis de le rendre public, avant de faire machine arrière. Trump dit qu’il ne peut le publier car il est sous le coup d’un audit, alors que chacun sait désormais que cela est totalement faux. Nous allons donc en entendre à nouveau parler ces prochaines semaines.

6.Tout cela arrive après une semaine terrible, horrible, mauvaise, très mauvaise pour Trump

Le contexte compte. Trump aurait peut-être pu écarter d’un revers de main ces dernières nouvelles si elles n’arrivaient pas à l’issue d’une des pires semaines d’un candidat à la présidentielle de mémoire de journaliste. Tout a commencé avec sa médiocre performance lors du premier débat télévisé et a continué avec ses tentatives de justifier la manière dont il avait traité une ancienne Miss Univers, après avoir provoqué une tempête sur Twitter en proposant à ses électeurs, à 3 heures du matin, d’aller regarder la sextape de ladite Miss. Sans parler des révélations tout aussi potentiellement désastreuses de Newsweek sur des accords illégaux conclu par Trump avec Cuba.

Daniel Politi

Newsletters

Yasuke, le mystérieux samouraï africain

Yasuke, le mystérieux samouraï africain

En 1579, des Japonais se ruent pour voir cet Africain débarquer à Kyoto. Ils n'imaginent pas qu'il deviendra le premier samouraï noir.

La victoire des conservateurs en Pologne pèsera sur l'équilibre européen

La victoire des conservateurs en Pologne pèsera sur l'équilibre européen

Le parti Droit et Justice (PiS) a remporté dimanche 13 octobre les élections législatives en Pologne, dont l'un des enjeux principaux tient au rôle du pays dans l'Union européenne.

Guerre et paix

Guerre et paix

Newsletters