Égalités / Parents & enfants / Monde

Pour la fille de Trump, «le job le plus important qu'une femme puisse avoir est d'être mère»

Temps de lecture : 2 min

Dans un spot de campagne censé séduire l'électorat féminin, Ivanka Trump sort un gros poncif sexiste.

Image extraite du clip de campagne tourné par Ivanka Trump.
Image extraite du clip de campagne tourné par Ivanka Trump.

L'équipe de Donald Trump vient de diffuser un spot de campagne qui cible les femmes américaines. Séduire l'électorat féminin n'est pas une tâche facile pour Trump, qui a passé la semaine dernière à s'acharner contre une Miss Univers «qui avait pris énormément de poids» et qui vient d'être accusé d'avoir tenu des propos dégradants envers des participantes de son émission de télé-réalité «The Apprentice» (il avait par exemple fait des compliments sur les fesses d'une camerawoman en la comparant à sa fille Ivanka).

C'est justement Ivanka qui a été chargée de parler aux électrices et de présenter son père comme un défenseur des femmes dans une vidéo de trente secondes. Alors que la fille de Trump était censée être la caution féministe de l'équipe, la première phrase qui sort de sa bouche est un cliché sexiste:

«Le job le plus important qu'une femme puisse avoir est d'être mère.»


Cette phrase souvent répétée est problématique à plusieurs niveaux, comme l'avait bien résumé l'humoriste australienne Catherine Deveny dans le Guardian:

«Si elle est censée exalter la maternité, pourquoi est-elle toujours utilisée pour vendre des nettoyants pour WC? Et si être mère est tellement important, alors pourquoi tous les hommes très bien payés avec des carrières exemplaires ne consacrent-ils pas leur vie à élever des enfants?»

L'utilisation de cette phrase par Ivanka Trump a été vivement critiquée sur Twitter:

«Si être une mère est vraiment le métier le plus important du monde, alors payons-les pour leur travail. Voyons ce que le parti républicain pense de cette idée.»

L'autre problème est que ce genre de déclaration est méprisant envers les femmes qui ne veulent ou ne peuvent pas avoir d'enfant.

Dans les secondes qui suivent, Ivanka –qui se décrit comme mère, épouse et entrepreneure– explique que Donald Trump va assurer des congés maternité payés aux femmes, car il «comprend les besoins d'une main-d'oeuvre moderne».

Comme le note Christina Cauterucci dans Slate.com, le spot évoque des «congés maternité» alors qu'Hillary Clinton parle de «congés familiaux», une façon plus moderne d'évoquer le sujet sans impliquer que seules les mères s'occupent des enfants.

Dans le détail, le New York Magazine explique que le projet de congé maternité et d'aides pour les familles déployé par Trump sera plus favorable aux familles aisées qu'aux ménages pauvres dans la mesure où toute l'initiative est basée sur des déductions d'impôts. Très fière de ce plan maternité, Ivanka Trump a prétendu sur Fox News que Clinton n'avait aucun projet en la matière:

«Sur le site d'Hillary Clinton, il n'y a aucun projet concernant ces questions, la crèche, les soins aux personnes âgées et les congés maternité ou paternité.»

Comme son père, elle ne semble pas se soucier des déclarations fausses, même si elles sont facilement démenties: le site officiel d'Hillary Clinton compte plusieurs pages consacrées à ces questions et on y apprend que la candidate démocrate projette d'offrir douze semaines de congés familiaux payés, financés par une hausse des impôts.

Newsletters

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

En Afghanistan, des écoles secrètes pour filles

Ouvrir un tel lieu est un acte de défiance envers les talibans.

Le commerce équitable combat aussi les inégalités de genre

Le commerce équitable combat aussi les inégalités de genre

Autant à travers ses standards qu’avec la mise en place de programmes dédiés, le mouvement Fairtrade/Max Havelaar se bat activement contre les inégalités de genre et promeut l’empowerment des productrices et des travailleuses agricoles dans le monde.

Le premier convoi juif vers Auschwitz, l'officier nazi et sa captive: histoire vraie d'un amour tabou

Le premier convoi juif vers Auschwitz, l'officier nazi et sa captive: histoire vraie d'un amour tabou

Des 999 premières femmes envoyées à Auschwitz, seules 22 ont survécu. L'une d'elles a été sauvée par la passion interdite d'un SS. À quel prix?

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio