Partager cet article

L'histoire légendaire de la pieuvre géante qui coula un ferry à New York

Crédit : Staten Island Ferry Octopus Disaster Memorial Museum/Facebook

Crédit : Staten Island Ferry Octopus Disaster Memorial Museum/Facebook

Un récit surréaliste digne du monstre du Loch Ness... jusque dans son caractère imaginaire.

Vous souvenez-vous de cette terrible histoire de bateau entraîné dans les profondeurs marines sous la seule force d'une pieuvre géante? Non? Pourtant, l'histoire de ce navire a de quoi marquer les esprits. Le site qui y est précisément consacré la raconte:

«Il était près de quatre heures en ce paisible matin du 22 novembre 1963. En route avec près de 400 cents personnes à bord, dont la plupart se rendaient au travail, la disparition du Cornelius G. Kolff reste à la fois l'une des tragédies maritimes les plus terribles de New York et peut-être son mystère le plus intrigant. Les récits des témoins oculaires décrivent les grands tentacules qui ont tiré” le ferry sous l'eau, alors qu'il était presque arrivé à sa destination, le Whitehall Terminal dans le Lower Manhattan. Il n'y eu aucun survivant et seulement quelques débris ont été trouvés... avec d'étranges marques de ventouses.»

C'est donc en souvenir de ce drame que les promeneurs ont pu découvrir près de Battery Park à la pointe sud de Manhattan, un monument de bronze récemment inauguré. Ou plutôt devrions-nous dire en souvenir... de cette farce! Car l'auteur de cette sculpture n'est autre que l'inventeur d'un... énorme canular. 

C'est à Joseph Reginella que l'on doit cette histoire inventée de toutes pièces. Âgé d'une quarantaine d'années, l'artiste raconte que l'idée de cette anecdote incroyable lui est venue lors d'une traversée en ferry avec son jeune neveu de 11 ans. Taraudé par les habitants de ces profondeurs marines, le jeune garçon aurait alors questionné son oncle sur la présence de requins. Ni une ni deux, l'adulte rassure son cadet mais il ne peut s'empêcher de taquiner un peu sa naïveté et lui raconte cette histoire de pieuvre géante qui aurait emporté un bâteau dans les années 1960. 

Il crée pendant six mois les indices de ce drame imaginaire

Pris par son propre mensonge, Joseph Reginella raconte avoir travaillé à l'invention de ce mythe surréaliste pendant six mois. Et force est de constater que pour faire croire à son histoire, l'artiste ne lésine pas sur les moyens. Ainsi, pour excuser le fait que l'histoire n'ait pas marqué les esprits, il explique que ce même jour, un autre évènement mobilisait l'Amérique tout entière: l'assassinat de John F. Kennedy.

Très complets, les contenus de son site internet ne cessent d'alimenter la légende. On y trouve les archives de faux articles qui auraient été publiés dans les journaux de l'époque, un faux témoignage vidéo dans lequel un prétendu témoin de l'époque raconte son terrible souvenir, et même un court documentaire dans lequel on aperçoit la capture d'une pieuvre qui à défaut d'être aussi grosse d'un navire, reste tout de même impressionnante. 


Brochures touristiques en papier glacé, photographies truquées, plaque gravée en hommage aux victimes, visites organisées, page Facebook et même boutique de souvenirs en ligne… Les indices sont disséminés de part et d'autre de la toile afin que le promeneur n'ait d'autre choix que de croire à ce drame imaginaire.

 

Non mécontent de lui, Joe Reginella a finalement raconté qu'il s'agissait d'un projet artistique et d'une expérience «non malveillante» mais sociale. Parfois installé incognito comme un simple pêcheur à côté du monument de bronze afin de surprendre les réactions, il décrit le visage étrange de ces inconnus qui ne peuvent s'empêcher de regarder vers l'eau à la lecture de ce récit. «Comment se fait-il que personne n'ai jamais entendu parler de cette histoire?», raconte-t-il avoir entendu à de nombreuses reprises. Parfois plus intrigués encore, certains touristes se lancent même à la recherche du musée décrit dans la brochure afin de découvrir les restes de l'épave aux marques «en forme de ventouse...».

La seule chose qui était vraie dans cette histoire: le ferry Cornelius G. Kolff a bel et bien existé mais il n'a jamais été coulé par un monstre des mers. Le monument de bronze quant à lui, va devoir déménager tous les deux jours afin de ne pas être emporté par les autorités de la ville.

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte