France

Chirac, premier chef d'Etat français accusé de corruption

Slate.fr, mis à jour le 05.11.2009 à 23 h 43

«S'il vient à être jugé, M.Chirac sera tout simplement le premier chef d'Etat français à devoir répondre à une accusation de corruption, conclusion humiliante d'une carrière de plus de 30 ans», écrit le New York Times dans son édition en date du 31 octobre

Le quotidien américain souligne que la décision prise par le juge Xavière Simeoni a été commentée de façon généralement ambigûe et en fait plutôt gênée par la classe politique française qui semble la regretter y compris les membres de l'opposition. Le New York Times cite ainsi avec étonnement Ségolène Royal présentée comme le dernier candidat socialiste à l'élection présidentielle: «ce sont de vieilles histoires et aujourd'hui Jacques Chirac a probablement beaucoup de choses sur la conscience mais dans le même temps a donné beaucoup pour le pays».

Etonnement aussi du quotidien au sujet d'autres commentaires comme celui de Jean-François Probst, ancien conseiller de Jacques Chirac à la mairie de Paris, qui estime que le juge Xavière Siméoni «a bien fait son travail de juge. S'il en était advenu un résultat différent, on aurait dit favoritisme, resquille même si cela intervient 20 ans après que les faits aient eu lieu». Même sentiment pour le député socialiste André Vallini aussi cité pour estimer que si la décision montre l'indépendance de la justice, mais ajoute-t-il: «j'ai le sentiment que cela arrive un peu trop tard».

Ironie finale soulevée par le New York Times, le fait que le premier tome des mémoires de Jacques Chirac soit publié dans les prochains jours et que plusieurs sondages d'opinion montrent que contrairement à 2007 quand il a quitté le pouvoir, jacques Chirac est devenu très populaire auprès des Français.

«Un procès le placerait en compagnie très inconfortable. Le dernier ancien chef d'Etat français à avoir été jugé était le maréchal Philippe Pétain qui a été reconnu coupable de trahison pour avoir collaboré avec l'Allemagne nazie» après la défaite militaire de mai 1940.

Le New York Times précise enfin que la décision du juge Xavière Simeoni peut encore être contestée par le parquet qui a déjà considéré que les charges contre l'ancien président âgé de 76 ans devaient être abandonnées. Dans ce cas, le quotidien pronostique des mois d'arguties juridiques avant qu'un éventuel procès ait lieu.

[Lire l'article complet sur le New York Times]

Lire également sur la mise en examen de Jacques Chirac: Le gaullisme finit au tribunal et Chirac au tribunal, il était temps.

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Jacques Chirac  Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte