Vol massif de plusieurs millions d'euros de métaux à Toulouse

Slate.fr, mis à jour le 05.11.2009 à 23 h 45

Les cours des métaux étant repartis fortement à la hausse au cours des dernières semaines, ils ne cessent d’attirer les convoitises. La société toulousaine Praxair MRC, spécialisée dans la fabrication de composants électroniques, a été la victime d'un vol spectaculaire vendredi 30 octobre.

Vers 5 heures 30, un commando de sept à huit personnes a pénétré dans les locaux de la société.
Encagoulés et lourdement armés, les voleurs ont ensuite séquestré les employés au fur et à mesure de leur arrivée. Puis ils ont réclamé les clés du coffre et ont fait main basse sur son contenu. «En une heure, 200 kilos d'or en lingots et en poudre, 15 kilos d'iridium, un métal précieux utilisé dans les alliages de platine et résistant à la corrosion, et 10 kilos de platine disparaissent sous les yeux des employés très choqués» écrit La Dépêche du Midi.

La quantité exacte de tous les métaux dérobés n’a pas été précisée par la police, il y aura aussi du cuivre et de l'aluminium, mais les enquêteurs la qualifient de «considérable». «Le butin s’élève à plusieurs millions d’euros», a précisé Michel Valet, le procureur de la République de Toulouse. Il s'agirait au moins de quatre millions d'euros. Aucun coup de feu n’a été tiré pendant le braquage. Le commando était toujours en fuite dimanche 1er novembre.

L’enquête a été confiée à la juridiction interrégionale spécialisée (JIS) de Bordeaux, spécialité dans les affaires liées à la criminalité organisée. Cela devient de plus en plus le cas pour les vols de métaux qui sont devenus aujourd'hui un terrain de prédilection des mafias et passent par l'organisation de filières pour remettre des tonnes de métaux sur le marché industriel.

Les voleurs de petite envergure, surpris dans les entrepôts et les décharges à récupérer quelques kilos de cuivre, ont fait place à de véritables trafiquants très bien organisés, dont les bandes opèrent pour des butins de plusieurs tonnes. Il faut dire que les métaux sont devenus une manne précieuse, leur cours ayant explosé. Leur prix à la tonne a été multiplié par quatre depuis 2003, en raison de la forte demande de l’Amérique du Sud et plus encore de l'Asie et de la Chine, où les usines utilisant ces matières premières tournent à plein régime. Sur le marché de l'or, le lingot d'un kilo est estimé à environ 22 400 euros.

De ce fait, tout y passe: plaques d’égout, statues en bronze, cuves de viticulteurs, kilomètres de caténaires, toits d’églises, câbles de cuivre, portes d’Airbus et même planchers de cabines téléphoniques. Une fois en possession des braqueurs, ces métaux ne sont pas difficiles à revendre, puisque, en dehors du titane, ils sont rarement marqués et impossibles à pister. Alertée par les professionnels du bâtiment, la ministre de l’intérieur, Michèle Alliot-Marie, s’était engagée dès 2008 à durcir la répression sur le vol et le recel, mais les enquêtes sont difficiles.

[Lire l'article complet sur La Dépêche du Midi]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Or fondu Osman Orsal / Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte