Monde

VIDÉO. L'incroyable histoire de l'homme à chats d'Alep

Temps de lecture : 2 min

Dans la ville syrienne meurtrie, Mohammad Alaa Jaleel conduit des ambulances, et prend soin de plus d'une centaine de chats.

Voici Mohammad Alaa Jaleel, alias «l'homme à chats» d'Alep. Ce Syrien recueille depuis plusieurs mois les chats errants et ceux abandonnés par leurs propriétaires qui ont choisi de fuir la ville en guerre. Aujourd'hui, raconte la BBC, ce sont plus d'une centaine de chats qui vivent dans son refuge. Et certaines personnes qui ont entendu parler de lui choisissent de lui confier leurs animaux avant de partir:

«Une fois, une petite fille m'a amené sa chatte. Ses parents voulaient partir à l'étranger. Alors, ils sont venus ici, ils savaient que c'était un refuge pour chats. Elle l'avait vu grandir depuis qu'elle était toute petite. Elle a pleuré en me la donnant et ils ont quitté la Syrie. Je prends des photos et je lui en envoie. Elle vit aujourd'hui en Turquie. Elle me demande d'autres photos, me dit qu'elle lui manque et m'a demandé de promettre de la lui rendre quand ils reviendront.»

Mohammad Alaa Jaleel raconte que tous ses amis ont quitté la ville, que ses chats sont devenus ses nouveaux amis, et qu'il restera avec eux jusqu'au bout. Avant, Metro indique qu'il était électricien, mais depuis le début du conflit, il conduit des ambulances dans la ville, portant secours aux personnes qui en ont besoin.

Plusieurs médias, comme Newsweek, se sont déjà intéressés à Mohammad Alaa Jaleel. En décembre 2015, le magazine américain racontait qu'il avait préféré rester en Syrie avec sa femme et ses trois enfants au début de la guerre, pour «aider ceux qui avaient eu moins de chance que lui».

Une page Facebook lui est consacrée, et recueille d'ailleurs les différents articles à son sujet ou ses apparitions sur des photos en train de porter secours à des civils, comme celle-ci qui a fini dans un article du Monde et d'autres quotidiens étrangers, en septembre.

Une petite ville italienne en a même fait l'un des candidats au prix Nobel de la paix, en août dernier.

Pour le maire de Segrate, (près de Milan), Paolo Micheli, «un homme d'une telle bonté et d'un tel altruisme mérite d'être connu et mérite que son histoire soit racontée. Son travail est d'une grande valeur et d'un tel impact qu'il mérite le prix Nobel de la paix. Segrate a officiellement présenté sa candidature, avec le soutien de l'ambassadeur norvégien à Rome. La Syrie peut et doit trouver la paix des gens comme Alaa».

Slate.fr

Newsletters

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Pourquoi les États-Unis ne doivent pas entrer en guerre contre l'Iran

Tweets menaçants, discours belliqueux, attaques de drones et de tankers notamment dans le Golfe Persique. À quoi bon, puisque ces deux puissances ne souhaitent pas déclencher de conflit?

De 45 à 40 heures de travail par semaine, le Chili à la croisée des chemins

De 45 à 40 heures de travail par semaine, le Chili à la croisée des chemins

Mercredi 23 octobre, les parlementaires se prononceront sur la baisse de quarante-cinq à quarante heures de travail hebdomadaire, au grand dam du président conservateur Sebastián Piñera.

«Ma mère nous pinçait les joues pour vérifier qu'on était toujours vivants»

«Ma mère nous pinçait les joues pour vérifier qu'on était toujours vivants»

René, 67 ans, a toujours collectionné des œuvres d'art ou des petits objets puis il s'est créé un petit musée personnel. Des petites oeuvres, des jouets, des babioles qui lui rappellent l’Algérie, ce qu'il aurait aimé pouvoir ramener dans sa...

Newsletters