Culture

Vidéo. Voici à quoi aurait ressemblé «Le Retour du Jedi» réalisé par David Lynch

Temps de lecture : 2 min

Pour réaliser le troisième épisode de sa trilogie «Star Wars», George Lucas a approché David Lynch qui a refusé. On sait maintenant à quoi le film aurait pu ressembler.

En 1983 sort le dernier épisode de la première trilogie Star Wars, le grand projet de George Lucas, le Retour du Jedi. Sur les écrans du monde entier, 475 millions de personnes assistent à la destruction de l’Empire, au retour d’Han Solo libéré de la carbonite, au combat épique pour la République, et au dernier dialogue entre Luke Skywalker et son père, Dark Vador, redevenu à la toute fin, le grand Jedi qu’il était, Anakin Skywalker.

Ce qu’on sait moins, c’est qu’à l’origine, George Lucas avait pensé confier la réalisation de ce film à son confrère David Lynch, célèbre à l’époque pour Eraserhead et Elephant Man. Le grand David a décliné l’offre, préférant se consacrer à une autre œuvre de science-fiction: Dune. Finalement, c’est Richard Marquand, repéré après L’Arme à l’œil, qui a été aux manettes de ce –pardonnez-moi, mais oui– chef-d’œuvre du genre.

David Lynch ne se sentait pas à l’aise avec le projet et raconte que dès son entrée dans l’immeuble à Los Angeles, il avait mal à la tête et que ça n’a fait qu’empirer au fur et à mesure de la visite des plateaux. Il a donc appelé son agent pour expliquer «qu’il était hors de question qu’il fasse ce film», ce que George Lucas a compris.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais des fans mourraient d’envie de voir à quoi aurait pu ressembler Le Retour du Jedi version Lynch. L’un d’entre eux a décidé de leur donner satisfaction à l'aide d'une bande annonce. Et le résultat est très fidèle à l’univers lynchien: mystique, complexe, angoissant, avec en bonus la superbe chanson «Llorando», entendue dans le film Mulholland Drive.

Slate.fr

Newsletters

Cannes, la ville qui tente de survivre à mai

Cannes, la ville qui tente de survivre à mai

J'ai la certitude d'avoir bousculé violemment une petite centaine de touristes.

«J'imagine que Forrest Gump a transmis à son fils sa façon de ne jamais rien s'interdire»

«J'imagine que Forrest Gump a transmis à son fils sa façon de ne jamais rien s'interdire»

Forrest Gump Junior aurait aujourd'hui plus ou moins 42 ans.

Cinq expos photos à Arles pour se plonger dans le passé, le présent et l'impossible

Cinq expos photos à Arles pour se plonger dans le passé, le présent et l'impossible

De la nostalgie eighties et nineties, des intérieurs et des bibelots de classes moyennes, du tourisme de catastrophe et des atmosphères de science-fiction.

Newsletters