HistoireMonde

De nombreux termes scientifiques portent encore la marque du nazisme

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 30.09.2016 à 11 h 18

Repéré sur Nautilus

Et il faudra du temps avant de réussir à tous les changer.

WWII Doctor | Jamie Davies via Flickr CC License by

WWII Doctor | Jamie Davies via Flickr CC License by

Qu'ont en commun le syndrome de Reiter, et les cellules de Clara? Leurs noms font référence à des médecins qui faisaient partie du Troisième Reich. Le premier, Hans Reiter, n'était pas simplement un médecin qui s'est fait embarquer dans le régime nazi, il en était l'un des plus fervents soutiens, indique Nautilus.

«Il est devenu président du bureau de la santé du Reich, où il défendait l'eugénisme. Et il a approuvé des expérimentations humaines dans des camps de concentration, dont des inoculations du typhus à Buchenwald, qui ont tué 250 prisonniers.»

Le deuxième a fait sa découverte en utilisant des tissus issus de victimes du Troisième Reich, expliquait Scientific American, en 2012. Un article scientifique publié deux ans plus tôt indiquait ainsi que «Max Clara était un fervent nazi et très actif. Ses recherches histologiques ont exploité le nombre grandissant d''exécutions sous le système nazi. La découverte de Clara est donc liée au système nazi».

Et ils sont loin d'être des cas isolés. En 2012, le magazine Smithsonian expliquait que Wikipedia avait d'ailleurs une liste entière d'éponymes médicaux liés aux Nazis. Et forcément, pour une profession dont les «membres commencent leur carrière en prêtant serment de ne pas faire de mal, ces noms sont assez problématiques», précise Nautilus.

Ces dernières années, la communauté médicale a donc effacé petit à petit les noms de certains de ces nazis, en renommant les maladies. Mais on est encore loin de les avoir complètement effacés des tablettes. Le processus risque d'être encore long.

«La campagne pour renommer le “syndrome de Reiter” a été longue et le nom a commencé à être de moins en moins utilisé depuis la fin des années 1990. Mais c'était loin d'en être la fin. Il n'existe pas de protocole officiel pour changer un éponyme. On peut juste publier l'argument pour lequel il faut utiliser un nouveau nom dans une revue scientifique et convaincre les médecins de changer leurs habitudes. Une fois que ces termes sont bien établis dans la communauté médicale, il est quasiment impossible de les faire disparaître en un claquement de doigt. Même le “syndrome de Reiter”, le terme le plus critiqué, est toujours présent dans les titres de nouveaux cas en 2013. Renommer est un processus lent et personne n'est là pour le contrôler.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte