FranceLife

«L'identité nationale, c'est ce que Sarkozy piétine tous les jours»

Etre Français, c'est quoi? , mis à jour le 31.10.2009 à 15 h 07

Pour combien de temps encore?

Slate.fr lance un appel à ses lecteurs: C'est quoi, pour vous, être français? Envoyez-nous vos contributions, vos témoignages, à etrefrançais.slate @ gmail.com. Nous publierons vos tribunes.

***

La France, c'est un pays frondeur et cocardier. C'est le pays de Voltaire, de Gavroche et des chansonniers. Les puissants, on les raille, on les défie: on ne leur sert pas la soupe. C'est le pays de Cyrano de Bergerac, pas celui des petits arrangements entre amis.

La France, c'est un pays passionnément attaché à la liberté et à l'égalité. Elle rétrécit les monarques. Elle se révolte contre l'injustice.

La France c'est le pays de Montesquieu et de l'Esprit des lois. C'est le pays des Lumières. Avec l'Angleterre, et les Etats-Unis, elle a donné au monde la démocratie moderne. La France c'est l'Etat de droit et la séparation des pouvoirs. Ce n'est pas le confusionnisme actuel, les clans et les petites affaires entre oligarques.

La France c'est un pays de littérature. Un pays de discours et de poésie. Celui de Louise Labé. Un pays qui aime avoir été celui des grands rois (même si, une fois encore, il faut parfois les rétrécir). Tellement loin des familiarités, des présidents qui «font le job» et des sarcasmes envers la princesse de Clèves.

La France, c'est le pays de Pasteur. Et de Marie Curie. C'est un pays de science et de pionniers. C'est un pays de respect du savoir et de la recherche. Pas un pays de mépris et de violence envers ceux qui n'ont pas embrassé les voies du fric et de l'exploitation.

C'est le pays où Freud rencontre son maître Charcot et pas celui des délires sur le patrimoine génétique des uns et des autres.

C'est l'amour de l'esprit, un pays qui s'est choisi, comme origine mythique, la défaite de la force (gauloise) contre la civilisation romaine.

La France ce sont des soldats humbles et courageux qui ont donné leur sang pour la République. C'est le pays du général Leclerc. C'est une armée qui a fait, finalement le choix de la République et qui reste digne dans un monde de fric et de corruption. Ce n'est pas ce pays où l'ex planqué humilie ses troupes dans un accès de caprice.

La France, c'est l'élitisme républicain. C'est le respect du savoir, du travail et de l'éducation. Le respect des maîtres et de la République. Ce n'est pas le népotisme et les puissances d'argent. Ce n'est pas le show bizz et les paillettes.

La France, c'est la laïcité. La religion renvoyée dans la sphère de l'intime. Ce n'est pas la religion pour abrutir les masses laborieuses et moins encore la funeste complaisance envers les sectes.

La France, c'est une terre de saints et de héros, et pas de flagorneurs et de flatteurs. C'est une terre d'ouvriers et de paysans et pas ce pays d'héritiers dodus et jouisseurs.

La France c'est un pacte social et républicain fondé autour des valeurs du Conseil national de la Résistance. C'est le drapeau et la sécurité sociale, c'est De Gaulle et les communistes. Ce n'est pas cet effort constant et méthodique pour détricoter toutes les solidarités.

La Résistance, c'est celle des martyrs des Glières, et de Lucie Aubrac, pas celle où un agité vient se vanter de sa dernière conquête et réprimer des fou-rires nerveux. La Résistance, c'est Vercors et Jean Moulin, pas la miévrerie de carton-pâte de celui qui veut «émouvoir» avec la lettre d'adieu de Guy Môquet.

La France, c'est la commune et le mur des fédérés, et Louise michel. Ce n'est pas celle de Thiers et du Fouquet's.

La France ce sont d'immenses voix. Hugo et Zola. Péguy et Jaurès. Un souffle d'universel. Un désir de prendre en charge l'avenir de l'humanité. Tellement loin des courtisans à Rolex et des philosophes de cour.

La France c'est l'humus des siècles. Des paysages et des villages qui sédimentent des siècles de travail de la terre. Des vallons ombreux. Des labours et des pâturages. Des monastères psalmodiant depuis mille ans. Des silences et des fidélités. Des écorces et des feuilles. Un amour de cette terre prospère et travaillée. Tellement loin des yachts et du bling bling.

La France c'est un pays qui s'est cru le dépositaire exclusif des droits de l'homme et qui a cherché à en être digne. Un pays —parfois attendrissant— qui ne cesse de vouloir donner des leçons au monde mais qui s'efforce de le mériter. Un pays qui a voulu accueillir tous les opprimés. Un pays qui a été l'espoir des écrivains et des penseurs du monde entier. Tellement loin de Sangatte et de la «jungle» de Calais.

La France c'est la patrie de ceux qui ont fuit l'oppression et la misère, riche de ses Espagnols, Italiens, Polonais, Algériens, Tunisiens, Marocains, Viet-namiens, Cambodgiens, Congolais, Sénégalais et de tant d'autres qui sont venus parce qu'ils ont cru à nos rêves et les ont épousés.

L'identité nationale française? C'est ce qui est foulé aux pieds depuis le mois de mai 2007.

Pour combien de temps encore?


Raphaël Anglade, blogueur de BetaPolitique et lecteur de Slate.
Image de une: Reuters
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte