Égalités / Monde

Barack Obama: «Les hommes doivent aussi s’occuper de leurs enfants»

Temps de lecture : 3 min

Le présidents des États-Unis plaide pour plus d'égalité entre les hommes et les femmes au travail, alors que son administration veut imposer à tous ses partenaires sept jours de congés maladie payés par an par salarié.

Barack Obama et un bébé le jour de la fête des pères, le 14 juin 2013. NICHOLAS KAMM / AFP
Barack Obama et un bébé le jour de la fête des pères, le 14 juin 2013. NICHOLAS KAMM / AFP

L’administration Obama a mis en place une nouvelle règle imposant aux entreprises avec lesquelles elle travaille de donner aux salariés la possibilité de prendre sept jours de congés payés par an en cas de maladie. Actuellement, près de 44 millions de salariés aux États-Unis n’ont pas la possibilité de prendre des congés maladie payés. La nouvelle réglementation bénéficierait à quelque 600.000 personnes; les autorités espèrent qu’États et municipalités suivront l’exemple, pour qu’un plus grand nombre de salariés soient concernés.

Ces congés maladie pourront être également utilisés pour prendre soin d’un enfant ou d’un parent malade, ou encore pour se rendre à un rendez-vous médical, dans le cadre de soins préventifs. Les femmes victimes de violence conjugale qui ont besoin de temps pour trouver un nouveau logement pourront également s’en servir. Plus généralement, ils permettront de réduire les inégalités entre hommes et femmes, estime le président dans une interview à Slate.com, dont nous vous traduisons ici un extrait.

Jordan Weissmann: Beaucoup de gens pensent que les avantages sociaux comme les congés maladie ou le congé parental sont des questions de qualité de vie. Mais vos conseillers économiques ont fait remarquer que les femmes américaines travaillent moins que leurs consœurs européennes, en raison des politiques mises en place qui rendent difficiles de concilier vie privée et vie professionnelle. À votre avis quel impact aura la nouvelle réglementation sur le marché du travail et l’économie en général?

Barack Obama: Aujourd’hui, au XXIe siècle, nous ne pouvons pas nous permettre de mettre sur la touche un seul de nos talents. C’est aussi simple que cela. Nous perdons chaque année des talents extraordinaires parce que des parents décident de changer de métier ou même de quitter définitivement le marché du travail pour faire face à leurs obligations à la maison et au bureau.

C’est un impératif moral, une évidence, et l’opinion publique est très largement favorable à la mise en place de congés maladie et parentaux. Et il y a aussi ce constat très simple: notre pays et nos entreprises profiteront de ces changements.

Pour parvenir à ces gains de productivité et de croissance, il faut augmenter drastiquement nos dispositifs visant à aider les femmes à travailler, ce qui signifie réduire l’écart de genre entre les employés à plein temps et à temps partiel, réduire l'écart salarial entre hommes et femmes, et soutenir les femmes qui veulent travailler et élever leurs enfants. Nous savons ce que nous devons faire pour augmenter la participation des femmes: il faut que les entreprises accordent plus de souplesse à leurs employés, que les crèches et la garde d’enfant soient à un prix accessible pour les parents, et qu’ils puissent poser des congés maladie.

Quand des femmes ont accès à un congé parental, nous savons qu’elles ont ensuite beaucoup plus de chances de rester en emploi un an après avoir donné naissance. Et pour les entreprises, cela signifie qu’elles sont plus à même de retenir des talents devenus indispensables dans leur domaine. Nous ouvrirons des réservoirs de talents, et rendrons ainsi notre économie plus compétitive.

Nous savons aussi que quand les congés parentaux ne sont pas payés, les hommes ne les prennent pas. Ils restent au bureau. Et quand les hommes restent au bureau, ce sont les femmes qui accomplissent les tâches domestiques et prennent soin des enfants, et ce, dès la naissance du premier enfant. Toute ma vie, j’ai pu observer ma grand-mère et ma mère passer un temps considérable à prendre soin de leurs proches quand ils étaient malades, ou prendre soin des enfants. Et aujourd’hui encore cela reste très inégalitaire. J’ai pu voir comment Michelle devait jongler entre les impératifs familiaux et les exigences du travail. Comme toutes les femmes qui travaillent, elle devait faire face aux jugements et aux attentes, tout en sachant que peu de gens allaient remettre en questions mes choix, à moi.

Et je vais vous dire une chose: s’occuper d’un enfant, ça ne doit pas être que le boulot des femmes. Les hommes aussi doivent le faire. Et c’est pour cela que c’est vraiment important que les hommes comme les femmes puissent avoir accès à des congés parentaux –et que nous construisions des environnements de travail où les femmes et les hommes sont encouragés à les prendre.

Newsletters

Le «hogging», cette détestable pratique qui sévit dans les fraternités américaines

Le «hogging», cette détestable pratique qui sévit dans les fraternités américaines

Des étudiants se lancent le pari de qui couchera avec la femme la plus grosse de la soirée. Sur TikTok, une victime dénonce le phénomène.

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

«Lorsqu'elles disent “non”, les femmes pensent “oui”»: le déni du consentement, une tradition bien ancrée

La résistance des femmes aux assauts sexuels des ces messieurs a longtemps été perçue comme un acte feint, destiné à pimenter le jeu érotique et à flatter la force masculine.

Pourquoi les couples où l'homme est plus vieux choquent-ils autant?

Pourquoi les couples où l'homme est plus vieux choquent-ils autant?

Les amants qui ont une grande différence d'âge au profit de monsieur sont souvent ciblés par les critiques et vont jusqu'à déclencher de véritables polémiques quand il s'agit de célébrités.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio