Culture

VIDÉO. Jetez-y un œil, ce court-métrage de science-fiction est sublime

Temps de lecture : 2 min

Financé à l'aide d'une plateforme de crowdfunding, «Dust», qui a mis neuf ans à voir le jour, vaut le coup d'œil.

Il aura fallu neuf ans. Neuf ans pour que le film soit enfin disponible pour nous internautes. En 2007, les créateurs Jason Gallaty, Josh et Mike Grier décident de se lancer dans le projet d’un court-métrage de science-fiction, filmé au Japon. Un crowdfunding de 100.000 dollars (un peu plus de 89.000 euros) avec plus d’un millier de contributeurs, une boite de production et une tournée des festivals plus tard, le voilà: Dust, film post-apocalyptique épique. Et c’est beau.

Comme l’explique Vox, visiblement fan de projet –et nous aussi–, Dust est un mélange entre film d’horreur, science-fiction et film de héros. Bref, une combinaison qui marche. Le monde de Dust est un univers où ce qui reste de l’humanité se cache derrière les murs de Kabé pour échapper à une poussière qui tue mystérieusement jusqu'à décimer la population. Le héros du film est un homme en deuil, Irezumi, traqueur solitaire embauché par un «marchand de médecine» pour trouver un remède. Le danger: la ville va bientôt fermer ses portes à quiconque se trouve au dehors, car la poussière les menace.

C’est classique, mais ça marche. La faute à des images sublimes, des acteurs poignants et des effets visuels plutôt époustouflants –parfois on se croirait dans Avatar. Bref, on se laisse emporter jusqu’à cette morale finale: «Rien n’est séparé, nous ne sommes tous qu’une seule vie.»

Slate.fr

Newsletters

Un tour du monde par Locarno

Un tour du monde par Locarno

Du 1er au 11 août, la 71e édition de la manifestation tessinoise a rappelé l'importance des enjeux liés aux grands festivals de cinéma, et offert un panorama stimulant et diversifié, avec vues sur les horreurs contemporaines.

On connait enfin la vérité sur la fin d'Inception

On connait enfin la vérité sur la fin d'Inception

[Attention Spoiler] C'est l'acteur Michael Caine qui la révèle

L'appropriation culturelle, un concept dangereux

L'appropriation culturelle, un concept dangereux

Interdire à l'autre de parler ou d'écrire sur des sujets auxquels il serait par essence étranger me semble être un processus mortifère pour les démocraties.

Newsletters