Tech & internet / Culture

Vous avez du mal avec les réseaux sociaux? Suivez l'exemple de Beyoncé

Temps de lecture : 2 min

La chanteuse américaine sait parfaitement utiliser les plateformes sociales pour cultiver la proximité avec ses fans, mais sans jamais rien dévoiler.

Beyoncé et Jay Z lors d'un match de la NBA, le 16 juin 2016, à Cleveland dans l'Ohio | Jason Miller / AFP
Beyoncé et Jay Z lors d'un match de la NBA, le 16 juin 2016, à Cleveland dans l'Ohio | Jason Miller / AFP

Je serais tentée de vous dire que, quoiqu’il arrive, il faut prendre exemple sur Beyoncé. Pour Jenna Wortham, journaliste au New York Times, c’est surtout en matière de réseaux sociaux que l’artiste américaine fait figure de modèle.

Dans une ère où le virtuel a de véritables conséquences sur le réel —les employeurs qui consultent les profils de potentiels futurs employés le savent sans doute mieux que personne—, et où les réseaux sociaux ont tendance à récompenser ceux qui partagent le plus, il est fréquent que nous en sachions plus sur la vie de quelqu’un que ce que nous souhaiterions vraiment savoir.

«Les réseaux sociaux nous ont privé de notre capacité à discerner ce qui est convenable de partager et ce qu’il ne l’est pas», explique Jenna Wortham. «Il n’y a qu’un pas entre avoir l’air perspicace ou désespéré», ajoute la journaliste. Et c’est là qu’intervient Beyoncé.

En dehors de ses apparitions télévisées «éblouissantes», de ses albums surprises, Beyoncé n’est que très peu présente dans la sphère médiatique. Elle ne donne plus d’interviews depuis 2014 et a longtemps tenu le record de la personne la plus suivie sur Twitter sans jamais avoir tweeté.

Beyoncé, ou l'art du mystère

Pourtant, ce que ses fans savent de sa vie privée, c’est grâce au peu de choses qu’elle publie sur les réseaux sociaux —notamment sur son compte Instagram, qu’elle alimente régulièrement. Mais il reste impossible de savoir à quoi ressemble sa maison, où elle se trouve précisément quand elle poste des photos (faute de géolocalisation), qui sont ses amis…

Une photo publiée par Beyoncé (@beyonce) le

«Malgré tout ça, quand je parle d’elle, c’est comme si je la connaissais depuis toujours. Je ressens au fond de moi que je la connais», confie Jenna Wortham. «Elle offre à ses followers des images qui leur permettent de projeter leurs fantasmes, leurs récits sur ce qu’ils pensent de sa vie», analyse t-elle. Comme cette fois où il lui a suffi de publier des photos avec Solange Knowles, sa petite sœur, pour implicitement infirmer les rumeurs selon lesquelles les deux ne s’adresseraient plus la parole à cause de la fameuse altercation entre Solange et Jay Z. Paradoxalement, le mystère que Beyoncé cultive donne l'illusion à ses fans d'être plus proches d'elle.

Happy Birthday to my sis! I love you deep.

Une photo publiée par Beyoncé (@beyonce) le

Peut-être que la star est obsédée par le contrôle de son image, mais le contrôle n’est pas nécessairement une mauvaise chose, argumente Jenna Wortham. Pourquoi s'en tenir à une image fidèle de soi, suralimenter les réseaux sociaux sur ce que nous sommes vraiment —où nous mangeons, qui nous fréquentons— quand nous pouvons devenir ceux que nos followers veulent voir? «Les réseaux sociaux nous donnent les moyens de générer d’autres soi. Nous n’avons pas encore appris à les libérer. Beyoncé si, à sa manière.»

Slate.fr

Newsletters

Des youtubeurs LGBT attaquent YouTube pour discrimination

Des youtubeurs LGBT attaquent YouTube pour discrimination

La plateforme démonétise et restreint l'accès des vidéos proposant des contenus LGBT+, les considérant par défaut comme «inappropriées» et «sexuellement explicites».

Une récompense d'1 million de dollars pour qui réussira à hacker un iPhone

Une récompense d'1 million de dollars pour qui réussira à hacker un iPhone

C'est le retour des hackers de prime.

Est-ce qu'on apprend vraiment bien les langues grâce aux applis?

Est-ce qu'on apprend vraiment bien les langues grâce aux applis?

Leur efficacité n'est pas garantie.

Newsletters