Monde

Quand les soutiens de Trump s'amusent avec les sondages en ligne

Grégor Brandy, mis à jour le 29.09.2016 à 9 h 12

À en croire les votes sur internet, le candidat républicain a largement devancé sa rivale.

Donald Trump lors du premier débat présidentiel, le 26 septembre 2016. Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Donald Trump lors du premier débat présidentiel, le 26 septembre 2016. Drew Angerer / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Si vous vous êtes rendus sur différents sites internet ce 27 septembre, vous avez probablement lu qu'Hillary Clinton était sortie vainqueur du premier débat présidentiel qui l'opposait à Donald Trump la veille. Quelques sondages réalisés dans la foulée vont dans le même sens et les téléspectateurs semblent avoir été plus enthousiasmés par la prestation de la candidate démocrate que par celle de son adversaire républicain.

Pourtant sur de nombreux sites internet et comptes Twitter, des sondages laissés à l'appréciation des lecteurs semblent donner une lecture différente de ce débat. Dans nombre d'entre eux, c'est Donald Trump qui est donné vainqueur. Sur le site de Slate.com, Donald Trump compte huit points d'avance (54-46), sur celui de The Hill, il mène largement (58-36 et 6% qui estiment que c'est un match nul), comme sur celui de Fox San Diego (61-34 et 5% d'indécis) ou de CNBC (63-37). C'est plus serré sur Fortune, où Trump mène de deux points (51-49), et sur le Daily Mail, où on est à 50-50. Même chose sur les réseaux sociaux où les sondages lancés par les médias donnent plus souvent Trump vainqueur que l'inverse.

Il faut s'accrocher pour trouver un sondage où Hillary Clinton est en tête selon les internautes. Alors comment est-ce possible que tant de journalistes (parfois biaisés certes) et de personnes sondées par les instituts aient des avis aussi divergents du reste de l'électorat américain?

La technique du «brigading»

En fait, c'est assez simple et la réponse tient en un mot: le «brigading». Le brigading consiste à mobiliser de nombreuses personnes en ciblant des pages ou des messages pour les promouvoir ou les descendre. Cette technique est particulièrement utilisée sur Reddit, où, comme le note Know Your Meme, elle sert à faire taire certaines personnes ou certains groupes en fonction de leurs opinions.

En faisant un tour sur Twitter et en rentrant les adresses URL des différents sondages, on tombe sur de nombreux soutiens de Donald Trump appelant à aller voter pour leur poulain pour faire croire qu'ils sont en majorité.

Et sur le subreddit consacré à Donald Trump, /r/The_Donald, on trouve des messages récapitulant la quasi-totalité des sondages actuellement en cours.

Même chose sur 4chan:

Donald Trump (ou plutôt les administrateurs de son compte Twitter) a d'ailleurs sans doute amené un peu plus de gens à aller voter en partageant les bonnes nouvelles sur compte.

Cette technique n'est pas particulièrement nouvelle. En 2010, déjà, Vincent Glad racontait ici que «le LOL adore s'immiscer dans les espaces de vraie-fausse démocratie, comme les sondages sur les sites des politiques qui sont très faciles à manipuler pour peu que des internautes se donnent le mot. Yves Jégo en avait fait l'amère expérience lors d'un sondage sur son blog pendant les régionales». Le compte humoristique Humour de Droite s'en donnait alors régulièrement à cœur joie.

Des sondages pas vraiment scientifiques

Ces sondages n'ont rien de scientifique. Ils ne représentent rien et sont souvent pris à partie par des groupes qui souhaitent leur faire dire tout et n'importe quoi. L'affaire «Boaty McBoatface» montrait d'ailleurs bien pourquoi il ne faut jamais –JAMAIS– demander leur avis aux internautes.

D'autant que l'on peut souvent revoter autant de fois qu'on le souhaite. J'ai par exemple pu voter à six reprises (trois Trump et trois Clinton) sur celui de Fortune, en activant simplement la navigation privée de mon navigateur.

Même les soutiens de Trump le reconnaissent aisément: les sondages en ligne sont les plus simples à manipuler. Il suffit de bien s'organiser –ce que les soutiens de Trump savent très bien en ligne faire pour ce genre de trolling. Et moins il y a de votants, plus il est facile de les faire pencher de son côté. C'est ce qui explique pourquoi les sondages qui ont le plus de votants, sont aussi ceux dans lesquels Hillary Clinton s'en sort le mieux, comme celui de Fortune et ses 500.000 votants.

Si vous tenez vraiment à savoir qui a gagné le débat, prenez une heure, et faites-vous votre avis. Lisez les différents comptes-rendus de chaque côté. Éventuellement, jetez un œil aux sondages (scientifiques) menés par les instituts (attention, ils ne sont pas tous fiables). Mais ne vous arrêtez pas à ce sondage que vous venez de voir en ligne. Il y a de grandes chances qu'il ne veuille absolument rien dire.

Cet article a été mis à jour avec des tweets sur le rôle d'utilisateurs de 4chan et du compte officiel de Donald Trump.

 

Grégor Brandy
Grégor Brandy (408 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte